Category Archives: Les classiques

Les albums incontournables et intemporels

Raymond Briggs, so British

Ma première rencontre avec l’œuvre de Raymond Briggs est celle d’une bande dessinée quasiment sans texte, Sacré Père Noël. Elle dévoile sans fard la journée besogneuse d’un Père Noël anglais et ronchon, livreur de cadeaux par tous les temps et dans toutes les maisons (y compris celle de la reine d’Angleterre évidemment).

C’était les années 90. L’album, paru en Angleterre en 1973, m’avait fortement marquée par sa tendresse et son ironie douce, son atmosphère très britannique, le sens de l’autodérision qui marque si bien nos voisins d’Outre-Manche.

Pas de Brexit à l’époque et un secteur jeunesse beaucoup plus restreint qu’aujourd’hui.

Ce n’est que récemment que j’ai partagé la suite elle aussi jubilatoire, Les vacances du Sacré Père Noël, avec Petit Cobaye.  Le bougon en barbe blanche et pelisse rouge décide de partir chercher le lieu idéal de vacances. Après la France (un grand choc culturel) et l’Écosse où il est victime du temps et de sa notoriété, il finit par trouver le coin rêvé pour s’allonger les doigts de pied en éventail. 

L’album est un excellent outil pour les apprentis anglicisants de CE1 ou CE2. 

Le Bonhomme de neige est quant à lui une bande dessinée totalement sans texte, réalisée aux crayons pastel sec. Le livre propose une rencontre nocturne et onirique entre un petit garçon en pyjama et robe de chambre et le bonhomme de neige qu’il a créé dans la journée. Poétique et drôle, l’album devenu culte a été adapté en film d’animation et continue à inspirer le monde anglo-saxon.

Un parallèle avec l’album récent Hiver de Philippe de Kemmeter aux éditions Alice jeunesse pourrait intéresser les enseignants pour un travail scolaire.

Raymond Briggs en France est principalement édité par Grasset jeunesse.

En savoir plus en anglais sur Raymond Briggs

Planche extraite de Le Bonhomme de neige (c)Grasset jeunesse
Activités


Tu peux aussi cuisiner les étoiles du Père Noël, une recette offerte par le magazine culinaire qualitatif et trimestriel Papillote.

Jusqu’à la lune et retour

L’histoire vraie du pilote d’US Airways qui sauva ses passagers en amerrissant sur l’Hudson en 2009 a inspiré Clint Eastwood pour la réalisation de son magnifique film Sully.

Dans ce film, l’une des passagères, pensant qu’elle va mourir, dit à sa fille pour témoigner de son amour: « Jusqu’à la lune » et la fille répond « Et retour ».

Mon enfant, je t’aime grand comme ça…

Il se trouve que j’ai, moi aussi, une fille. Trop heureuse d’engager la conversation avec ma jeune lycéenne, je m’empresse de lui demander : « Tu connais l’expression Je t’aime jusqu’à la lune et retour ma chérie? »

Dans une réaction assez typique de l’adolescence, elle lève les yeux au ciel d’un air exaspéré et me douche d’un : « Mais mamaaan! Tout le monde dit ça! »

Oui, peut-être.

Mais je mets ma main à couper que bien peu savent dire qu’elle provient du très joli album Devine combien je t’aime.

Un livre  qui a fait le tour du monde.

Les albums comme celui-là ne sont pas légion, je vous prie de le croire.

Faire-part de naissance

C’est en 1994 que naît Petit Lièvre Brun. Son papa, Sam McBratney, un Irlandais du nord auteur de l’histoire, lui façonne un caractère tendre et interrogatif. Sa maman anglaise, Anita Jeram, est illustratrice aquarelliste .  Elle lui donne sa douceur pastel et son côté joueur.

Couverture gris lune pour une version modernisée
Expression corporelle et formule consacrée

Dans Devine combien je t’aime, Petit Lièvre Brun engage au moment du coucher une compétition verbale pour savoir qui, de son père ou de lui-même, aime l’autre le plus fort. Grand Lièvre Brun peut bien ouvrir largement ses grands bras, Petit lièvre brun n’est jamais à court d’arguments.

Jusqu’à ce que Grand Lièvre Brun rebondisse sur la distance poétique terre-lune imaginée par le petit…

Trois marraines, Popularité, Marketing et Merchandising

Mais l’histoire ne s’arrête pas là pour cet album remarquable et inoubliable.

J’ai voulu savoir si la formule magique de Grand lièvre brun avait été inventée par l’auteur puisqu’on l’entend, paraît-il, si couramment. Alors j’ai fait comme d’habitude, je suis allée à la source, bien cachée derrière mon ordinateur. J’ai envoyé un message à l’AUTEUR.

Car l’AUTEUR, s’il est bien luné (hé hé), me répond assez souvent. J’ai donc pris ma plus belle ‘phraséologie’ anglaise.

Et voici la réponse lapidaire fournie par… l’assistante marketing de l’éditeur:

The phrase "I love you to the Moon and back" is trademarked by Walker Books.
Best.
Marketing and PR Assistant
Walker Books |

Bref, la formule « Je t’aime jusqu’à la lune et retour » est une sorte d’appellation protégée. Bon, au temps pour le romantisme et la poésie. Alors j’ai poursuivi mes recherches (bibliothécaire un jour, bibliothécaire toujours). Et pof, je suis tombée sur le dépôt de marque.

En gros, tout est interdit. Il faut dire aussi que tout un peuple marchand, du torchon à la serviette de bain, des lunettes de WC au porte-savon, prétend vendre à tour de bras des articles estampillés avec ladite formule.

Parce que l’édition jeunesse, figurez-vous, ce n’est pas un monde de BISOUNOURS!

Question : à quel album vous fait penser cette couverture?

Pour ma fille, courageuse princesse au petit pois.

Allez hop, on joue !
En savoir plus