L’heure du conte : Sanji, le voleur d’odeurs

Les éditeurs représentés par un organisme de perception de droits, la SCELF, veulent taxer les lectures à voix haute données par les médiateurs du livre dans les bibliothèques municipales, dans les crèches, dans les associations, dans les prisons et dans les opérations « hors-les-murs ».

Autrement dit, n’importe quel conducteur abruti peut nous obliger à écouter en toute impunité sa musique débile en ville aux feux rouges.

En revanche, les bibliothécaires (enfin plus exactement les maires ou les présidents de communautés de communes) vont devenir des délinquants lorsqu’ils lisent L’Afrique de Zigomar à un groupe d’enfants dans le cadre de leurs missions de lecture publique.

Cette polémique qui enfle me fait penser à un album que j’ai justement beaucoup lu aux scolaires lors d’accueils de classes, Sanji le voleur d’odeurs, un conte publié chez Milan jeunesse.

Sanji est le voisin d’un boulanger avide. Le boulanger prétend faire payer Sanji en invoquant le fait que ce dernier bénéficie des bonnes odeurs de croissants chauds toute la sainte journée.

L’affaire finit devant le juge. Le juge fait appel à son astuce de professionnel pour garantir les libertés publiques et pour éviter à Sanji de marcher sur la tête…

Je ne veux pas déflorer le sel de l’histoire mais j’invite fortement les éditeurs à prendre connaissance de l’ouvrage auprès de leur confrère Milan jeunesse.

Comme le livre est épuisé, il va falloir faire appel aux services des bibliothécaires qui gèrent des fonds de conservation. C’est ballot hein…

Ah, un dernier petit mot : les enfants, quand je leur lisais Sanji, riaient à gorge déployée, pas dupes de la bêtise et de la cupidité du boulanger…

En savoir plus

Des bonhommes de neige pour la trêve des confiseurs

Hiver

Le bonhomme de neige de Briggs a sans nul doute inspiré le Belge Philippe de Kemmeter pour son album poétique Hiver, paru chez Alice éditions. On y découvre là aussi une jolie rencontre amicale entre un petit garçon et un bonhomme de neige.

Mais le style d’illustration diffère radicalement et la trame est fortement simplifiée. L’enfant au pompon rouge apporte au fil des pages une tonalité chaleureuse et tonique qui tranche avec les notes froides de la forêt enneigée.

Hiver. Philippe de Kemmeter (c)Alice jeunesse, 2016

Malgré deux maladresses de formulation, l’album est drôle, tendre et sensible.

Comme dans la poésie de Prévert, le bonhomme de neige disparaît à la fin avec le dégel, ne laissant que son chapeau et son écharpe à l’enfant et le souvenir de deux journées de jeux inoubliables.
Dès 4 ans

À servir avec vin chaud, mandarines et papillotes.

A la recherche du Père Noël, coup de cœur hivernal
A la recherche du Père Noël. Thierry Dedieu(c)Seuil jeunesse, 2015

Un bonhomme de neige quitte son jardin pour partir à la rencontre du Père Noël et lui apporter un cadeau. Sa route est longue et semée d’embûches.

Magique et très adapté à la lecture en public, l’album déploie des doubles pages somptueuses dans un format exceptionnel.

Notre bonhomme de neige, petit  personnage peu à peu dépouillé au fil des pages, est irrésistiblement craquant. Il mène, malgré les obstacles, un beau petit bonhomme de chemin.

Par le grand Thierry Dedieu, homme caméléon de la littérature de jeunesse…
Appréciation : 5 carottes/5 !
Dès 3 ans

Bonus

Galerie d’hiver

Raymond Briggs, so British

Ma première rencontre avec l’œuvre de Raymond Briggs est celle d’une bande dessinée quasiment sans texte, Sacré Père Noël. Elle dévoile sans fard la journée besogneuse d’un Père Noël anglais et ronchon, livreur de cadeaux par tous les temps et dans toutes les maisons (y compris celle de la reine d’Angleterre évidemment).

Continue reading