Saint-Nicolas, c’est qui celui-là ?

bonbons_saint-nicolas-3
Saint-Nicolas, un personnage qui unit l’est de la France, la Belgique, l’Allemagne et les Pays-Bas

Nous en avions déjà parlé, le Père Noël a un illustre précurseur dans certaines régions de France ou dans d’autres pays européens. Il s’agit d’un certain Saint-Nicolas. Un clic sur les bonbons vous mènera directement à sa rencontre.

Cette année encore, les petits enfants sages recevront des petits cadeaux et des confiseries (pains d’épices) le 6 décembre. 

Pour faire court, Saint-Nicolas, c’est une légende sanglante et une résurrection heureuse. En effet, Saint-Nicolas ne dit pas  « Laissez venir à moi les petits enfants », il se contente juste de délivrer de petits enfants qu’un affreux boucher a salés en tonneau. Et les petits lardons renaissent !

En savoir plus
  • La légende de Saint-Nicolas au Père Castor/Flammarion
  • Saint-Nicolas, c’est qui celui-là ? chez Alice jeunesse
  • La légende de Saint-Nicolas ou la terrible histoire du Grand Saloir chez Gallimard jeunesse 
Statuette de Saint-Nicolas à Riom (Puy-de-Dôme)
Coloriages

à télécharger sur le site de l’éditeur belge Alice éditions 

Seule à la récré

C’est Petit Cobaye, 8 ans, qui m’a alertée : il regardait la télévision lorsqu’il a reconnu le scénariste et dessinateur d’une de ses bandes dessinées, Les Dinosaures aux éditions humoristiques Bamboo

Je suis venue devant l’écran et j’ai découvert Seule à la récré.

Bloz y présentait la bande dessinée qu’il a réalisée avec sa fille Ana, victime de harcèlement. 

J’ai fait mettre le titre en acquisition à la médiathèque. Je l’ai lu avec Petit Cobaye. J’en suis venue à la conclusion suivante :

Cet album devrait faire l’objet d’un achat massif dans les écoles et les médiathèques. 

Grâce à Ana qui donne vie  au personnage d’Emma dans l’album, Bloz riposte à la violence subie avec sa meilleure arme : son talent de bédéaste humoristique. L’album se lit par planches tout en suivant un déroulement narratif de one-shot. 

Les mécanismes à l’œuvre dans le harcèlement sont finement décrits.

Dans l’histoire, les adultes n’ont pas le beau rôle : de l’inconscience, à l’incrédulité, à la dénégation et à la lâcheté (il faut préserver la réputation de l’établissement !), leur inertie empêche la bonne résolution du problème.

Au drame vécu par Emma, s’ajoute l’injustice sociale puisque c’est Emma qui devra finalement quitter l’établissement tandis que Clarisse la harceleuse reste en place.

Heureusement Emma la petite héroïne a su parler à ses parents (bien que tardivement). Sa famille aimante l’a activement soutenue et s’est chargée de trouver un autre établissement scolaire devant l’omerta de l’école.

Le livre est suivi d’un dossier documentaire établi par Noémya GROHAN, l’auteure de De la rage dans mon cartable et fondatrice de l’association GÉNÉR’ACTION-SOLIDAIRE. Des pistes sont utilement fournies pour faire face.

On saluera au passage l’éditeur Bamboo, dont la ligne éditoriale axée sur la bande dessinée comique inclut aussi des sujets de société traités avec finesse, sensibilité et humour : le cancer avec La Boule à zéro et le harcèlement avec Seule à la récré.

BRAVO.

Le brainstorming d’Eléphant

C’est l’histoire d’un éléphant

Une réunion annuelle a lieu sur une colline. De nombreuses personnes, animaux, êtres vivants ou entités inanimées sont invités à prendre la parole.

Éléphant est sommé de commencer par poser sa question.

Or, on a beau être puissant et avoir le cuir épais, on n’en est pas moins sensible à la délicatesse des sentiments.

Et on peut tout à fait s’emmêler les défenses en bredouillant, le rouge aux joues, une question pourtant importante pour la plupart d’entre nous.

Surtout quand Fourmi, très organisée mais fort « pètesec » et pressée par le temps, semble bien peu intéressée par le sujet.

Alors même qu’elle est TRÈS préoccupée par son rôle de conduite de réunion, qu’elle perçoit comme un tremplin vers une belle carrière…

C’est l’histoire d’une maison d’édition généreuse

CotCotCot éditions et sa fondatrice Odile Flament publient un livre papier ou numérique par an. Leurs textes poétiques et philosophiques et la qualité de leurs illustrations ont su convaincre Breadcrumb depuis Ma Mamie en poévie. Leur travail restitue à merveille le sel de la vie et le sel de la langue.

Kaatje Vermeire explique comment elle réalise ses illustrations en technique mixte sur éléphant.fr (c) CotCotCot éditions, 2018

En outre, Odile fournit généreusement ses astuces numériques et pédagogiques. Chaque titre est accompagné d’un site web regorgeant de ressources gratuites pour aller plus loin avec les enfants dans un cadre scolaire ou en médiathèque.

On est aux antipodes de l’éditeur commercial. Et c’est sacrément revigorant.

C’est une histoire belge 

Kom op met je vraag, Olifant (littéralement Viens avec ta question, Éléphant)

Le questionnement dans l’histoire trouve un prolongement fantasque et libre dans les ilustrations flamandes évoquant celles de Carll Cneut. On peut visualiser trois magnifiques planches de l’illustratrice Kaatje Vermeire sur le site de l’éditeur belge De Eenhoorn. À noter que la version en néerlandais d’Éléphant a une question a reçu une mention pour le  prix international White Ravens en 2011.

Avec une chute désarçonnante

Petit Cobaye, 9 ans déjà, a beaucoup aimé l’ouvrage bien qu’il n’ait pas apprécié les dernières lignes du livre. Peut-être le style abrupt de la chute correspond-il à l’esprit très pragmatique qui caractérise les Flamands ?

Et si justement cette fin était une belle opportunité pour entamer le dialogue avec les enfants ?

Pour une histoire de cœur !

Et ça tombe bien parce que pour Breadcrumb, Eléphant a une question vaut ♥♥♥♥♥

Activités

Sur le site ad hoc éléphant.fr

Le livre peut être commandé en ligne sur le site de l’éditrice www.cotcotcot.fr

Le fil d’Ariane dans le livre d’images