Portugal

Le Portugal nous offre des illustrateurs comme Bernardo Carvalho, Madalena Matoso, Catarina Sobral et un éditeur orienté vers l’illustration contemporaine, Planeta Tangerina. Les toutes nouvelles éditions des éléphants ont pioché chez eux un album très riche sur le thème de l’exil à l’attention des enfants de 8 ans et plus, Avec trois brins de laine.

Avec trois brins de laine. Yara Kono. ed des éléphants, 2016

Disons-le tout net : je ne suis pas très sensible à ce type d’illustrations rétro-modernes.

Mais tant l’histoire que le traitement graphique sont tellement hors des sentiers battus que cet album est pour moi l’un des meilleurs de l’année 2016.

Exil et jacquard

Avec ce titre, on brasse l’Histoire (et quelle Histoire ! : une fuite de la dictature portugaise pour se retrouver dans un autre pays en dictature, la Tchécoslovaquie). Dans ce nouveau pays, tout est ordonné, les enfants défilent en batterie au lieu de s’égayer dans des cours colorées. Les pulls dans les rares magasins sont tous de la même couleur, orange, vert ou gris.

À son échelle, la mère de famille va alors combattre le conformisme ambiant à l’aide de tricots réinventés…

Premiers pas en géopolitique

Cette histoire d’exil vu à travers les yeux d’une petite fille est soutenue financièrement par Amnesty International et est servie intelligemment par le travail de l’illustratrice brésilienne Yara Kono.

Ouverture sur l’édition portugaise axée sur l’illustration contemporaine (Planeta Tangerina), l’album à visée documentaire est un magnifique exemple de ce que signifie la coopération internationale.

Bravo !

Les éditions des éléphants

Paroles d’enseignants :

Continue reading

Ma mamie en poévie, livre animé numérique

J’ai reçu il y a peu une lettre, oserai-je dire plutôt : un petit trésor.

Dans l’enveloppe, il y avait  :

  • des graines de myosotis (forget-me-not, en anglais, ‘ne m’oublie pas’)
  • des confiseries
  • une carte avec plein de jolis mots écrits à la main
  • un mode d’emploi tout simple, même pour les lecteurs en délicatesse avec la technologie digitale.

La carte indiquait un code à clavetiner sur le site Internet des éditions numériques Cotcotcot. Certes, le  code n’était pas magique. Il permettait juste de télécharger un livre numérique, intitulé Ma mamie en poévie.

Vous l’aurez compris à ce stade, le message était si gentil que j’ai suivi, en 3 étapes, la piste numérique de Ma mamie en poévie. Et pourtant, je ne suis pas une inconditionnelle des applications.

Grand bien m’en a pris.

J’ai entamé illico un voyage en poésie. Et puis j’ai participé à un atelier d’écriture en compagnie d’une petite fille narratrice et de sa mamie, poétesse involontaire.

Poétesse involontaire car la grand-mère est atteinte de la maladie d’Alzheimer.

Au fil de sa mémoire qui s’effiloche, la grand-mère s’emberlificote dans les mots. Elle tisse un réseau de mots-valises ou de néologismes que la petite fille décrypte avec bienveillance. Evidemment, c’est un peu chaotique. Mais très doux à l’oreille aussi. Voici le conseil de mamie pour nourrir les pigeons à Venise :

“- Pour ne pas qu’ils te pique-piquent, il faut tenir ta main bien apéritive,comme ça, et leur donner des billettes de maïs. Mais, si tu veux, ils peuvent les picorer aussi sur ton épaule, ou sur ta citrouille.

Mes parents m’ont appris que depuis déjà des années, on n’a plus le droit de donner à manger aux pigeons sur la Place Saint-Marc. Mais avec mamie, nous, on continue à les nourrir. Et je sens leur bec au creux de ma paume ou leurs petites pattes sur mes cheveux.”

Extrait – François David et Elis Wilk. “Ma Mamie en Poévie.” iBooks

Illustré par des collages surréalistes d’Elis Wilk et écrit par François David, le grand éditeur poète de Møtus, sur un sujet douloureux, Ma mamie en  poévie s’attarde sur les instants poétiques créés paradoxalement par la maladie , comme volés à la course de la vie.

Ma mamie en poévie est tout à fait adapté à une découverte de la poésie sur le tableau blanc interactif des enseignants de l’école primaire. Ce livre animé est pudique, intelligent et permet une discussion riche avec les enfants avant l’adolescence, à l’âge où les grand-parents ont un rôle majeur dans le cœur des enfants.

Au collège, les adolescents pourront l’aborder en transversalité en sciences et vie de la terre et en français, voire en travaux pratiques encadrés sur l’aspect technologies et formats numériques (le livre est au format ePub3, il est lisible sur tous les dispositifs).

L’éditeur actualise un blog et une page Facebook bourrés de ressources documentaires.

Enfin, en famille, sur la tablette, encocoonés sur le canapé, parents et enfants pourront partager de concert un moment intense et grave à la fois. Que l’on soit concerné par la maladie ou pas.

Ma mamie en poévie. François David, illustré par Elis Wilk. Illustration sonore de Guillaume Lagravière.
Cotcotcot éditions. Novembre 2016.

Continue reading

New York, la Grosse pomme dans les albums

Il y a des gens dont le rêve consiste à traverser l’Atlantique en solitaire. J’en connais qui ont réalisé 100 km de course à pied à Millau dans l’Aveyron. Pour ma part, voir une comédie musicale à Broadway, New York, a été l’un des plus jolis moments de ma vie. Petit Cobaye, 6 ans, a bien aimé lui aussi, même si tout était en américain et qu’il sait dire seulement « hello, thank you, my name is… blue ! »

A New York chez mamie (c)Le Genévrier

C’est pourquoi je me suis dit qu’ une petite sélection d’albums avec New York en toile de fond pourrait être utile pour un voyage avec des enfants. Ceux qui ne partent pas trouveront de quoi se cultiver mine de rien et reconnaîtront des endroits que l’on voit au cinéma.

Alors en route pour la Grosse pomme !

New York, hot-dogs, pretzels et compagnie

A New-York chez mamie_couvÀ New York chez mamie de Lauren Castillo est une très jolie leçon de tendresse entre une grand-mère et son petit-fils.

Mamie vit en appartement à NY et son petit-fils, venu pour les vacances, n’est pas du tout rassuré dans cette ville si gigantesque ! Heureusement, Mamie est sensible à la psychologie enfantine. Elle est touchée par le souci que manifeste le petit à son égard. Car s’il a peur, il a aussi peur pour sa grand-mère… Grâce à ses doigts de fée tricoteuse, Mamie trouve l’astuce magique pour donner le coup de pouce nécessaire. Le bambin se laisse apprivoiser par la mégalopole.

Lauren Castillo mélange techniques traditionnelles et travail sur Photoshop pour obtenir un rendu très personnel avec un contour marqué caractéristique de ses derniers ouvrages. Elle magnifie l’automne dans la ville.

Livre élégant avec sa jaquette typiquement américaine, primé par un Caldecott Honor, l’album est une déclaration d’amour à la ville de New York.
=>A New York chez mamie. Lauren Castillo. Ed. Le Genévrier, 2016. À partir de 4 ans.

Le coin des albums chez Barnes & Noble

Pour la même tranche d’âge, Hello New York (bilingue) aux éditions Lire c’est partir, accompagné ou non du CD, est une bonne visite guidée, menée tambour battant. Il y a un même un très sympathique ancien Président qui fait son apparition. Avis aux centres de loisirs, enseignants et orthophonistes. Les particuliers peuvent se rendre sur le site en ligne car les éditions associatives Lire c’est partir ne sont pas diffusées en librairies. Et ça tombe bien, le site web vient de faire peau neuve.

(c)Christiane Engel

Le magazine Georges dans son n° Pomme a fait appel au talent de Tom Schamp pour restituer toute l’ambiance de la ville. Avec son style inimitable qui fourmille de détails dans un grand décor, Tom Schamp nous allèche. On irait bien manger un des hot dogs qu’il sait si bien croquer…

Avec Mr Gerschwin, les gratte-ciels de la la musique, c’est l’heure de Summertime ! Paru chez Didier jeunesse, ce magnifique livre-CD, écrit par Susie Morgenstern et illustré par Sébastien Mourrain, est indispensable dans la bibliothèque des globe-trotters à partir de 7 ans. L’accent américain de Susie Morgenstern est absolument délicieux et les tubes principaux de Gerschwin sont tous au rendez-vous. Plus d’informations sur didier-jeunesse-musique.com.
Les classiques

New York Sasek CastermanNew York de Miroslav Sasek date de 1961. Le charme rétro de cet album documentaire opère encore et l’éditeur Casterman jeunesse a eu l’idée fort ingénieuse d’ajouter un texte informatif (données jusqu’en 2009) de mise à jour. Incontournable.

Eloise_gallimard_1955_kay_thomson_hotel_plazaEloïse de Kay Thompson est une héroïne patrimoniale qui s’affiche fièrement dans les librairies aux côtés du Docteur Seuss, autre vedette de papier américaine. Voici le résumé de l’éditeur, Gallimard jeunesse :

Eloïse a six ans. Elle habite au Plaza, un grand hôtel de New York, avec Nanny, sa gouvernante, son chien Mouflet et sa tortue Fanchounette. C’est une vraie calamité. C’est ce que dit le directeur de l’hôtel… Effectivement, Eloïse n’a pas le temps de s’ennuyer au Plaza : entre les promenades en ascenseur, les réceptions mondaines et les tempêtes dans la salle de bains, elle est si occupée qu’on se demande bien comment elle peut arriver à tout faire…

Depuis sa publication en 1955, Eloïse est devenue l’emblème de l’hôtel Plaza Athénée, à New York. Une partie des originaux de l’album y sont toujours exposés.

Eloïse, héroïne des librairies new-yorkaises (ici Barnes & Noble)
Par petite touche

On trouve de belles photographies de Brooklyn dans Guili Lapin de Mo Willems. New York est aussi une étape des trois cochons dans les Bacon Brothers chez ABC Melody. Et puis, si vous êtes sur place, cherchez la statue d’Alice au pays des merveilles dans Central Park, les enfants la considèrent comme une cage à poules. Très joli lieu de pèlerinage.

La statue d’Alice au pays des merveilles dans Central Park prise d’assaut par une horde d’enfants grimpeurs. A toute heure semble-t-il.
Des albums, encore des albums
  • New-York en pyjamarama. Le Rouergue
  • Little Man. Antoine Guilloppé. Gautier-Languereau
  • Emma à New York. Belin
  • Bigoudi. Delphine Perret, Sébastien Mourrain. Les Fourmis rouges
  • Un éléphant à New York dans mon jardin. Illustré par Delphine Jacquot. Seuil jeunesse
  • Mic-Mac à New York. Sarbacane (magnifique représentation du Guggenheim dans Mirette)
  • Les Petites choses à New York. Gilbert Legrand. Sarbacane
Bibliothécaires New-Yorker

Pour faire le tour de Big Apple, les bibliothécaires de la BM Louise Michel proposent sur leur blog Louise et les canards sauvages une visite guidée littéraire et photographique sous forme d’abécédaire. C’est magistral et ça donne plein d’idées, y compris pour les enfants.

Et puis qui dit New York  dit Empire State Building dit King-Kong. Là, vous êtes bons pour un fou rire : les bibliothécaires jeunesse de Grenoble ont réalisé un petit film d’animation comme bande annonce de l’album King Kong d’Antoine Guilloppé. C’est fait avec les moyens du bord et ça change radicalement l’opinion qu’on peut parfois porter sur le travail en médiathèque. A visionner sur le blog Trollire des bibliothécaires jeunesse de Grenoble :

Pour tout public : Sempé, la French touch du New Yorker

Le papa dessinateur du Petit Nicolas est l’un des rares illustrateurs francophones à avoir fait la couverture du magazine le New Yorker, au sens propre puisqu’il a été un collaborateur régulier pendant des décennies. La subtilité de Sempé est restituée dans un album hommage publié chez Denoël, Sempé à New York.

Continue reading