Edgar ou les vibrations positives

Edgar est le dernier-né d’une grande pointure chez les petits,  Alan Mets.

Mais comment font-ils chez BM pour accueillir tous ces talents et damer le pion aux gros éditeurs?

Car Edgar d’Alan Mets, c’est un petit reggaeman ou plutôt un « reggaepig » sur lequel on va pouvoir compter.

Edgar est un petit cochon tout mignon mais noir et très seul qui veut se lier d’amitié avec un troupeau de cochons roses. Ces  derniers ne veulent pas l’inclure dans leurs jeux… Et pourtant c’est bien Edgar qui va leur sauver la mise.

Les cochons roses ont la tentation de faire d’Edgar un mouton noir. Oh les vilains ! Heureusement, il n’est pas question de broyer du noir…

La bande sonore du livre-CD-mp3 s’appuie sur un genre musical très peu courant en littérature de jeunesse, le reggae. Il est certain que le reggae des cochons, ça change de La Truite de Schubert. 

Rudy Martel, l’éditeur, fait entendre sa voix à ce sujet :

« Pour étayer ma présentation d’Edgar lors d’une réunion avec les représentants d’Harmonia Mundi Livre, j’avais demandé à Ludovic Rocca, l’ingénieur du son, un extrait sonore du livre que je pourrais leur faire écouter.

C’est Schubert qui avait été retenu. C’était joli, et les représentants ont écouté le début de l’histoire, disons, sagement. J’ai alors senti un décalage entre la couleur musicale choisie et ce personnage « cool », « peace and love », tenant de beaux discours sur le vivre ensemble. Edgar devenait ce jour là un rasta et le reggae, une évidence.

Il y a dans cette musique la nonchalance d’Edgar, sa gentillesse, sa curiosité, son esprit d’ouverture. »

Il y a des années, ma chef qui accueillait les enfants de la crèche à la bibliothèque avait « rapé » sur Animalicieux de Pierre Coran, un autre trésor. Avec Edgar, j’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir ce joli souvenir.

Edgar met de la couleur dans la vie et permet à chacun d’affirmer son identité. Bravo !

♥♥♥♥♥

Jeu

Têtes de cochons en ballons de baudruche : à la découverte de l’électricité statique (sur une idée de Petit Cobaye)

  • Eloge de la diversité et Electricité statique

ABCDefGH selon Henri Galeron

Un livre de plus d’un mètre de long, sans plis en accordéon, ça n’existe pas, ça n’existe pas.

Un jeu d’éditeur qui fait un clin d’œil à son illustrateur de prédilection et fait n’importe quoi, ça ne se peut point, ça ne se peut point.

Et si pourtant ?

L’éditeur poétique et pas formaté Møtus vient de publier à l’occasion de ses 30 ans Le bout du bout, un livre-objet, un cadavre exquis, un livre-jeu qui tire la langue et n’a ni queue ni tête.

Si Møtus nous incite généralement à nous taire pour mieux écouter la force de frappe de la poésie, l’éditeur donne ici avant tout la parole aux images et à l’ingéniosité du système télescopique.

Au cœur du livre, en adéquation totale avec le jeu textuel proposé… le plaisir de la surprise, renouvelable qui plus est.

Continuer la lecture de ABCDefGH selon Henri Galeron

Des albums qui comptent

Quel est le point commun entre le chou romanesco, la Vache qui rit et le Rubik’s cube?

Réponse : les mathématiques. Le chou romanesco est une fractale (chacune de ses facettes se déplie en élément identique plus petit), une portion de Vache qui rit est une fraction et le Rubik’s cube est un… cube.

Ceci dit, les éclopés de la sélection par les maths tout comme les heureux détenteurs d’une fameuse bosse se demandent peut-être pourquoi parler de calculs dans Breadcrumb?

Continuer la lecture de Des albums qui comptent

Le livre d'images en jeu