Raphaël Garnier, poète pictural

Raphaël Garnier, artiste et graphiste, a animé à partir de son album Art’bracadabra un atelier pour enfant au dernier Salon du livre de Paris. 

Il n’était pas prévu que j’y assiste. Des ateliers, j’en ai vu, conçu ou animé dans ma carrière. Mais là, je me suis approchée, j’ai lu l’album et j’ai immédiatement su qu’il fallait que je reste pour Breadcrumb.

J’ai suivi la démonstration de Raphaël Garnier : un vrai big bang avec des feuilles de papier et des feutres,  des enfants attentifs et actifs, des parents participatifs. Du grand art ! Et un livre animé incontournable, Art’bracadabra.

Art’bracadabra est publié par le couple d’éditeurs d’Amaterra, petite maison créée il y a onze ans déjà.

Leurs titres me font de l’œil régulièrement. Ça avait commencé avec Juliette Vallery et Clémentine Sourdais pour Croque-moi si tu peux. Ça se confirme avec Art’bracadabra, une pépite éditoriale digne de la Nuit du livre.

Du film d’animation au livre animé, la genèse de l’album

Raphaël Garnier a conçu en 2015 une série de petits films dans le cadre de la série web Mon œil du Centre Pompidou. Destinée aux enfants, cette série fait découvrir les fondamentaux de l’art de manière ludique et onirique.

Sous le charme, les éditions Amaterra ont décidé d’adapter cette approche de l’art sous forme de livre à systèmes. 

Une démarche admirablement réussie.

Art’bracadabra, le décryptage de l’art en poésie

Du point, petit atome insignifiant, naît la ligne. De la ligne, naissent les formes. Les formes vivent en communautés et s’habillent de matière. Les couleurs leur apportent des émotions, les ombres le volume. Et ce n’est pas fini : composition et perspective s’invitent tout naturellement au programme…

« La Ligne est un lasso pour attraper la Forme» Raphaël Garnier

La composition, une histoire d’organisation in Art’bracadabra (c)Amaterra, 2018

Au fil des 10 chapitres de ce pas à pas, l’auteur rend palpable l’essence de l’art à l’aide des systèmes du livre animé : volets, roue, rhodoïd, pop-up…

Et surtout, il transforme les termes techniques en une histoire superbement poétique. Avec un petit final circulaire aérien divinement bien pensé.

À mettre en parallèle

Hervé Tullet, Tout rondL’art dans les pages

♥♥♥♥♥

En savoir plus

Mon oeil sur le site du Centre Pompidou

Atelier en médiathèques
  • Lecture à haute voix  avec un complice au paper-board 
  • Avec un budget : Atelier possible avec l’artiste graphiste Raphaël Garnier

S’unir, c’est se relayer. Une histoire de poules.

Les poules de Laurent Cardon sont de retour!

Ce coup-ci, l’album s’intitule S’unir, c’est se relayer. Une histoire de poules.

Vous souvenez-vous de l’album S’unir, c’est se mélanger?

Oui ? Alors, pour le plaisir, vous pouvez aller sur l’article vous rafraîchir les neurones (c’est comme avec Le trône de fer, une petite piqûre de rappel ne fait pas de mal).

Non ? Ce n’est pas indispensable, vous pouvez découvrir le nouvel album sans connaître le premier. Mais ce serait sacrément dommage de ne pas lire aussi ce dernier. Euh? Premier, dernier?

Enfin bref, vous faîtes comme vous voulez. Mais sans oublier de vous jeter sur S’unir, c’est se relayer. Une histoire de poules.

Organisation, tactique, stratégie ? Demandez les poules de Laurent Cardon!

Dans ce deuxième opus, l’auteur-illustrateur déploie une fois encore son regard d’artiste désopilant sur la vie en basse-cour. Les enfants verront une basse-cour, les adultes une usine, un bureau ou une entreprise, selon leur situation personnelle.

Dans cet univers productif, nos poules ont fort à faire pour remplir les objectifs que leur assignent les 3 coqs en matière de couvaison. Figurez-vous qu’elles doivent rester 21 jours au nid non-stop avec seulement 15 minutes de pause par jour!

Le tout sous couvert de « meilleur suivi des œufs et bien-être des futurs poussins ».

Evidemment, il y aura de la rébellion dans l’air emplumé du poulailler! 

Organisation, tactique et stratégie dans un Game of poules hilarant (c)Père Fouettard

Entre cocottes en folies et coqs fiers comme des paons, les batailles s’annoncent palpitantes et pleines de suspense. Et Poulette Noémie saura à nouveau faire preuve d’ingéniosité…

(Attention, spoiler)

Une des poules s’appelle Véronique!

On n’hésitera pas à offrir le titre pour la fête des mères à toutes les enseignantes, logisticiennes, agricultrices et bibliothécaires prénommées ainsi.

Pour ma part, j’ajoute illico l’album dans la liste des prénoms du livre pour le cas improbable où Véronique ferait un retour en scène dans les maternités. Qui sait, on a bien vu revenir les Jules, Octave, Louise dans les faire-part de naissance…

Ceci dit, toute la question maintenant est de savoir s’il y aura une saison 3 pour les poules? 

=>S’unir, c’est se relayer. Laurent Cardon.
Editions Père Fouettard, 2019

♥♥♥♥♥

Activité 

Morpion, puissance 4, abalone, quarto, dames et dames chinoises, échecs… 

Un tourbillon dans une maison endormie

Un enfant frappe à la porte d’une vieille dame.

La vieille dame, ça l’inquiète, ça la bouscule, ça la perturbe. Les visites, ça fait bien longtemps qu’ elle en a perdu le goût et l’habitude.

Sa maison aussi a perdu l’habitude de recevoir des visiteurs. Elle en est même devenue toute grise de solitude…

Et puis un jour le petit garçon entre comme un tourbillon de vent frais dans la maison. Il s’appelle Emile et n’a peur de rien. Son énergie chasse bientôt la lassitude d’Elise, la vieille dame au tablier blanc…

En anglais américain, si vous cherchez les toilettes, il faut demander la salle de bains (bathroom). C’est ce que fait le petit Emile dans The Visit (c)Antje Damm (c)Gecko Press
Les liens discrets entre l’architecture et l’illustration jeunesse

Antje Damm est une architecte allemande très connue en Allemagne mais peu éditée en France. 

L’album est particulièrement remarquable par le procédé imaginé par l’auteure-illustratrice pour ses illustrations : elle a pris en photographie ses petits personnages de papier dans une boîte en carton.

Lumière et couleurs s’invitent peu à peu. Et c’est toute la magie d’une maison de poupées qui jaillit à la découverte des pages de cet album haut de 26 centimètres.

On peut être grand et se tromper !

Etonnamment délaissé par l’éditeur historique L’école des loisirs, actionnaire de l’éditeur allemand Moritz, l’album La visite a été classé parmi les 10 meilleurs albums de l’année 2018 selon le New York Times.

La visite est aussi le livre fétiche de la fillette de l’agent qui a cédé les droits de traduction en français à la toute jeune maison d’édition Astrid Franchet. Un bon signe assurément !

♥♥♥♥

En savoir plus
Activité pliage