Archives par mot-clé : Bêtises

J’aime qu’on m’aime, les genres s’emmêlent

Du blog au livre

Tout comme pour Tu mourras moins bête, J’aime qu’on m’aime est un album conçu à partir du blog de son auteure. Emma Chichester Clark a en effet tenu un blog, Plumdog, de 2013 à 2017, dans lequel sa chienne Plum  est la narratrice.

Le procédé est propice au comique de situation puisque la chienne raconte bien évidemment sa vie avec sa maîtresse Emma selon son point de vue canin.

Plum se présente (c)Emma Chichester Clark
Plum la chienne versus Poppy le chien 
Version en américain

C’est Petit cobaye qui m’a mis la puce à l’oreille.

Alors que le comité d’adultes n’a rien remarqué d’anormal, Petit Cobaye a trouvé étrange que Poppy le chien porte un ruban de fille (dixit) autour du cou.

Il n’en fallait pas plus pour que mon flair de bibliothécaire se mette immédiatement en quête d’informations en langue originale.

D’autant que le prénom Poppy est donné aux filles en Angleterre.

À la suite d’une recherche d’informations bilingue et fouillée, la conclusion s’impose :  il s’avère que par « miracle éditorial », Plum la petite bâtarde anglaise s’est transformée en Poppy le corniaud dans la version en français. Tout en arborant un nœud de fille et en posant sur fond rose.

Alors certes, le mot « chienne » en français peut avoir une connotation péjorative. Il n’est peut-être pas très vendeur d’intituler l’album « Une aventure de Poppy la chienne ».

Mais, à l’heure où (à mon grand désarroi) l’écriture inclusive s’exprime de plus en plus dans les métiers du livre et de l’information, que l’éditeur français aille jusqu’à faire du personnage central un transgenre offense quelque peu mon identité de femme.

Ce léger détail mis à part, l’album est très drôle et tendre, très anglais. Il plaira aux amateurs de chiens, chats et compagnie. Et à tous les autres.

L’avis de Breadcrumb ♥♥♥♥

En savoir plus
Une chienne sur un balcon regarde la mer en Angleterre
Le bonheur selon Plum (c )Emma Chichester Clark
Une chienne dans une entrée de maison est toute triste car elle pense qu'on va la laisser seule
La tristesse (c)Emma Chichester Clark
Les avis du comité

Le point de vue de Delphine, enseignante et formatrice de maîtres et maîtresses d’école :

Superbe album tant au niveau de l’histoire que dans les illustrations. Le parallèle entre ce sympathique chien et les jeunes enfants est évident. Ce qui rassurera ces derniers sur le fait qu’on les aime malgré tout. Les illustrations du cabot sont particulièrement vivantes et j’ai apprécié que ce personnage souligne qu’il essaie de faire des efforts pour s’améliorer. 

Fabienne, bibliothécaire scolaire :

Pour commencer, c’est un album avec une première et une quatrième de couverture qui donnent envie d’ouvrir le livre ! La couleur rose est chaleureuse, le chien est craquant avec son nœud rouge. La couverture et les petits cœurs rouges sont les petites touches qui viennent mettre en valeur cette magnifique couverture. Le personnage principal est attachant et affectueux dans toutes les situations. C’est une histoire dynamique et pleine d’aventures. Les enfants peuvent se projeter dans les bêtises du chien et réaliser que ce n’est pas grave, l’amour est toujours présent. Les illustrations sont sublimes. C’est intéressant d’intégrer des passages de bandes dessinées. Les émotions du chien sont très bien traduites. La double page du coussin qui vole en éclat est très drôle et celle du chien puni est si triste! Une très belle histoire qui peut rassurer les enfants.

Elisabeth, enseignante en maternelle :

Belle dynamique de situations : Pop le chien est un personnage très sympathique et très espiègle, et très irresponsable également. Ce livre donne aux enfants une impression de liberté et les rassure : « Si on continue d’aimer ce chien qui fait tant de bêtises, moi on m’aimera aussi malgré mes bêtises ». Ce chien exprime bien ses envies et ses craintes. Le texte est riche mais bien compréhensible par les enfants. Les illustrations sont très drôles, expressives et complètent avantageusement le texte. Il y a un mélange de d’illustrations pleine-page ou double page pleines de détails des catastrophes du chien et aussi des petites vignettes de format BD très agréables à décrypter.

In English
Activité 

Tenir un blog avec les enfants sur blogspot

Les parents sont des enfants comme les autres

couverture_les_punitionsAujourd’hui, 4 février, c’est la Sainte Véronique. Bon d’accord, à part pour les Véronique, ce n’est pas une date bien importante ! Mais ça pourrait aussi être la Saint Benjamin. Car les éditions benjamins média viennent encore de frapper un grand coup. Ils lancent ce jour-même en librairie une petite pépite éditoriale, Les punitions.

Une bonne planque

Quatre enfants, bien cachés sous la nappe à carreaux de la salle à manger, complotent gentiment pour inventer des punitions destinées… aux parents ! Ben oui quoi, les parents sont des enfants comme les autres ! Ils n’ont pas l’air comme ça mais eux aussi ne sont pas toujours polis. Ils font parfois des bêtises, qu’il convient de punir avec la plus grande imagination.

Opus graphique

Sur un texte fantaisiste de Michaël Escoffier, Félix Rousseau a fait pétarader sa tablette graphique, même si les couleurs sont restreintes volontairement au vert, rouge, noir et blanc. Grand Gavroche (il parait qu’il porte toujours une casquette), Félix Rousseau est à la base graphiste et ça se voit. C’est son premier album pour enfant, après des illustrations publicitaires pour Blablacar ou encore Velib. S’il travaille en numérique, il commence tout de même par un crayonné classique :

Crayonnés_Rousseau
Chemin de fer partiel Les Punitions de Félix Rousseau

Les punitions est un livre tendre, drôle, « pepsy ». L’univers enfantin et sa propension à la surenchère (je pipeaute et t’es pas cap) sont délicieusement bien restitués.

Des illustrations rétromodernes

Outre ses illustrations à l’allure rétro, l’album a sur le fond un petit côté vintage. Ainsi, on y trouve une 2CV et quelques polaroïds en guise de galerie de portraits qui contrastent avec une certaine modernité : figurez-vous que la petite souris utilise un téléphone portable ! Et oui, le progrès s’infiltre partout, même là où on ne l’attend pas…

sarah_en_pyjama

Catalogue 100% dialogue

Les punitions, mini-pièce de théâtre, s’achève par une chanson composée par Frank Marty. L’arrangement sonore est une réussite. Un joli bonus pour tous, et la composante essentielle pour les enfants aveugles ou malvoyants qui apprécieront les voix d’autres enfants, tous comédiens amateurs.

Faux catalogue de bêtises et de représailles, Les punitions peut très bien se poursuivre par la lecture du vrai Catalogue de parents de Claude Ponti.

Bien, les parents, vous savez ce qu’il vous reste à faire : tenez-vous à carreau et procurez-vous l’album dans les meilleurs délais !

Activité

L’éditeur benjamins media propose des coloriages de ses albums à télécharger sur son site. Tu peux aussi colorier la couverture du livre en braille : Couverture_les_punitions_braille_à_colorier

En savoir plus sur l’illustrateur

http://cargocollective.com/felixrousseau

Les pensées d’Emile

Le personnage de Ronan Badel, Emile, montre ses yeux
Emile est invisible

C’est décidé. Aujourd’hui, Emile est invisible. C’est comme ça, et c’est pas autrement. A midi, plus personne ne pourra le voir. Pourquoi à midi ? Parce qu’à midi, Maman fait des endives…

On rit beaucoup en découvrant le cheminement des pensées d’Emile qui le conduisent à faire des bêtises. Les enfants s’identifient et les parents comprennent ou se souviennent.

Emile est invisible est le deuxième album d’une série tendre, imaginée par Vincent Cuvellier, et très épurée dans le dessin de Ronan Badel. Le décor est minimaliste, à la manière de Rita et Machin.

=>premier album paru en 2012 : Emile veut une chauve-souris

Fiches-jeux

Pour  jouer  avec Emile, rendez-vous sur le site de Gallimard jeunesse  http://www.gallimard-jeunesse.fr/Personnages/Emile