Tag Archives: Aquarelle

Jusqu’à la lune et retour

L’histoire vraie du pilote d’US Airways qui sauva ses passagers en amerrissant sur l’Hudson en 2009 a inspiré Clint Eastwood pour la réalisation de son magnifique film Sully.

Dans ce film, l’une des passagères, pensant qu’elle va mourir, dit à sa fille pour témoigner de son amour: « Jusqu’à la lune » et la fille répond « Et retour ».

Mon enfant, je t’aime grand comme ça…

Il se trouve que j’ai, moi aussi, une fille. Trop heureuse d’engager la conversation avec ma jeune lycéenne, je m’empresse de lui demander : « Tu connais l’expression Je t’aime jusqu’à la lune et retour ma chérie? »

Dans une réaction assez typique de l’adolescence, elle lève les yeux au ciel d’un air exaspéré et me douche d’un : « Mais mamaaan! Tout le monde dit ça! »

Oui, peut-être.

Mais je mets ma main à couper que bien peu savent dire qu’elle provient du très joli album Devine combien je t’aime.

Un livre  qui a fait le tour du monde.

Les albums comme celui-là ne sont pas légion, je vous prie de le croire.

Faire-part de naissance

C’est en 1994 que naît Petit Lièvre Brun. Son papa, Sam McBratney, un Irlandais du nord auteur de l’histoire, lui façonne un caractère tendre et interrogatif. Sa maman anglaise, Anita Jeram, est illustratrice aquarelliste .  Elle lui donne sa douceur pastel et son côté joueur.

Couverture gris lune pour une version modernisée
Expression corporelle et formule consacrée

Dans Devine combien je t’aime, Petit Lièvre Brun engage au moment du coucher une compétition verbale pour savoir qui, de son père ou de lui-même, aime l’autre le plus fort. Grand Lièvre Brun peut bien ouvrir largement ses grands bras, Petit lièvre brun n’est jamais à court d’arguments.

Jusqu’à ce que Grand Lièvre Brun rebondisse sur la distance poétique terre-lune imaginée par le petit…

Trois marraines, Popularité, Marketing et Merchandising

Mais l’histoire ne s’arrête pas là pour cet album remarquable et inoubliable.

J’ai voulu savoir si la formule magique de Grand lièvre brun avait été inventée par l’auteur puisqu’on l’entend, paraît-il, si couramment. Alors j’ai fait comme d’habitude, je suis allée à la source, bien cachée derrière mon ordinateur. J’ai envoyé un message à l’AUTEUR.

Car l’AUTEUR, s’il est bien luné (hé hé), me répond assez souvent. J’ai donc pris ma plus belle ‘phraséologie’ anglaise.

Et voici la réponse lapidaire fournie par… l’assistante marketing de l’éditeur:

The phrase "I love you to the Moon and back" is trademarked by Walker Books.
Best.
Marketing and PR Assistant
Walker Books |

Bref, la formule « Je t’aime jusqu’à la lune et retour » est une sorte d’appellation protégée. Bon, au temps pour le romantisme et la poésie. Alors j’ai poursuivi mes recherches (bibliothécaire un jour, bibliothécaire toujours). Et pof, je suis tombée sur le dépôt de marque.

En gros, tout est interdit. Il faut dire aussi que tout un peuple marchand, du torchon à la serviette de bain, des lunettes de WC au porte-savon, prétend vendre à tour de bras des articles estampillés avec ladite formule.

Parce que l’édition jeunesse, figurez-vous, ce n’est pas un monde de BISOUNOURS!

Question : à quel album vous fait penser cette couverture?

Pour ma fille, courageuse princesse au petit pois.

Allez hop, on joue !
En savoir plus

Bye-bye, Babette

Babette Cole, l’auteure-illustratrice de Princesse Finemouche, du Problème avec ma mère, de Comment on fait les bébés !, de Docteur Dog, vient de ranger définitivement son atelier d’aquarelliste. Son esprit farfelu, naturaliste et anti-tabou s’est éteint à l’âge de 67 ans.

L’art de la dérision

Babette Cole, c’était un peu l’école de la vie. Avec l’humour britannique et la dérision en plus. Tous les sujets étaient abordés frontalement, sans fausse pudeur, avec bonne humeur.

Comment on fait les bébés !c)Seuil, 1993

Qu’elle prenne les parents pour des benêts en leur faisant suivre une leçon d’éducation sexuelle dans Comment on fait les bébés !, qu’elle donne une leçon de santé publique avec Docteur Dog, docteur de famille de race canine surmené, évoque les difficultés entre les générations ou aborde le problème du désamour parental (Le dé-mariage), Babette Cole faisait mouche quasiment à chaque fois.

Animal addict

Son univers loufoque devait aussi beaucoup aux animaux qui envahissaient les pages de ses albums et sa vie (elle vivait dans une ferme dédiée aux chevaux dans le Devonshire, une région pluvieuse de l’ouest de l’Angleterre).

Un succès planétaire

A une époque sans réseaux sociaux, sans ligne Internet, sans stratégie marketing insolente, la complicité de Babette avec les enfants  a été largement reconnue à travers le monde entier. Dame Babette aurait parfaitement pu figurer dans Le Guiness des records ! Comment on fait les bébés (Mummy laid an egg) a été vendu en 72 langues à 2 millions cinq cent mille exemplaires ! Quand on sait qu’aujourd’hui un album jeunesse ne se vend qu’à quelques milliers d’exemplaires…

RIP Babette. Tu vas nous manquer.

Cahier d’activités

Autour de J’ai un problème avec ma mère chez Gallimard

Continue reading

Viva Espana

Dans le sillage de Saint-Nicolas, Breadcrumb a décidé d’inaugurer un tour d’Europe des illustrateurs jeunesse en commençant par la péninsule ibérique. Et aujourd’hui même, jour d’Epiphanie. Ça tombe bien. Car, en Espagne, ce sont les rois mages qui apportent des cadeaux aux enfants. Eh oui, le père Noël n’est qu’un personnage falot là-bas.

Alors, vamos, partons à la rencontre de Fernando Puig Rosado, Roser Capdevila, Violeta Lópiz, Ed, Marta Altés, Anna Llenas, espagnols, et de Bernardo Carvalho, Madalena Matoso, Catarina Sobral, portugais. Euh, enfin, il y aura plusieurs articles parce que là, ça fait beaucoup quand même…

Les anciens

La Catalane Roser Capdevila a illustré pendant des années les histoires exquises de la sorcière Camomille (la bruja aburrida) écrites par Enric Larreula. On la connaît aussi pour ses Trois petites soeurs (las tres mellizas). la_sorciere_camomille_couvLa sorcière Camomille et son hibou ont enchanté des générations d’enfants des années 80 et 90.

Et puis, victime du turn-over éditorial actuel, elle n’est plus publiée en France. On peut toutefois la retrouver de nos jours dans les bibliothèques ou sur le marché d’occasion. Alors si vous tombez sur un exemplaire, n’hésitez pas à l’emprunter, vos enfants vous remercieront. Plus d’informations sur le site catalan de l’illustratrice ou en espagnol sur le site de la culture espagnole spainisculture.

Fernando Puig Rosado a définitivement tiré sa révérence il y a quelques semaines. Illustrateur de presse et médecin de formation, il a enrichi de nombreux albums documentaires pour le Musée en herbe et les éditions Actes sud junior. Ses aquarelles tendres et rigolotes sont immédiatement reconnaissables et permettent d’instiller un savoir en douceur sans lourdeur pédagogique. Irrésistible.

Les contemporains

Marta Altés a complété ses études supérieures artistiques au Royaume-Uni où elle habite depuis. Elle mixe aquarelle et techniques numériques et attire de nombreuses critiques élogieuses depuis l’obtention de son diplôme en 2011.

Son album Non! chez Circonflexe met en scène un adorable chien cumulant les bêtises alors qu’il croit faire plaisir à ses maîtres. L’album a reçu une palanquée de prix internationaux.

Retrouvez-là sur son site ou chez notre alter ego anglais playing by the book (in English of course).

Violeta Lopiz 

Nous l’avons déjà rencontrée chez Hélium pour un album fantastique, paru en 2012 et malheureusement soumis à la stratégie ‘snapchat’, L’incroyable histoire de la petite souris de Ana Cristina Herreras.  Violeta s’inspire des Ménines de Velázquez dans l’une des illustrations. On peut découvrir son travail en espagnol sur le web magazine Ah.

Anna Llenas

Le monstre des couleurs a d’abord été édité par les éditions de l’Âne bâté. Aujourd’hui épuisé, l’album est alors paru en pop-up aux éditions Quatre Fleuves sous le titre La couleur des émotions. Puis il a été à nouveau indisponible. Une réimpression l’a remis en circulation depuis début décembre. Ouf !

Car Petit Cobaye a été fortement marqué par ce titre présenté aux CP-CE1 par sa maîtresse Delphine. Anna LLenas utilise du carton et des collages qu’elle intègre dans un format digital. Signe des temps, cette bibliothérapeute (qui a néanmoins biberonné à la publicité) décline son oeuvre sous forme de produits dérivés comme par  exemple les peluches ci-dessus. Ce n’est pas une raison pour bouder notre plaisir! En savoir plus sur http://www.annallenas.com/libros-ilustrados.html

Sandra de la Prada

Comme beaucoup d’illustrateurs actuels, Sandra manie aussi bien le pinceau (elle affectionne particulièrement la peinture acrylique) que la tablette digitale. Elle a ainsi réalisé en collaboration avec la designer allemande Marieke Bielas (Brava Büro) les livrets-jeux pour les enfants de l’exposition de l’histoire de Berlin, le Story of Berlin museum.

Pinky et Foxy se déclinent en carte au trésor pour les plus jeunes et en livret d’activités pour les plus grands. Plus d’informations sur Ah.

Identifier les éditeurs espagnols

Avec les bonnes sources de renseignement, c’est facile ! Bon évidemment, c’est en espagnol mais on peut toujours jeter un coup d’oeil sur les illustrations :

Sans oublier les éditions galiciennes OQO  déjà rencontrées pour Duduche l’autruche (Mariluz Avestruz) illustrée par Bernardo Carvalho (Portugal), qui publie également Anna Llenas et Javier Solchaga (La princesse de Bordeaux).

Autre éditeur intéressant : Kakandraka.

Pour les hispanisants et/ou amateurs d’images

Une professeure d’illustration espagnole, Marián Lario, décrit les procédés utilisés dans la réalisation d’albums. C’est totalement bluffant : http://elgatoazulprusia.blogspot.fr/. Un seul mot me vient à l’esprit : ESTUPENDO ! (SUPER !)

Puzzle à créer

Crée des puzzles à l’aide de bâtonnets à glace à la manière de Sandra de la Prada :

puzzle_batonnet_prada
(c)Sandra de la Prada

Continue reading