Archives par mot-clé : Poule

S’unir, c’est se relayer. Une histoire de poules.

Les poules de Laurent Cardon sont de retour!

Ce coup-ci, l’album s’intitule S’unir, c’est se relayer. Une histoire de poules.

Vous souvenez-vous de l’album S’unir, c’est se mélanger?

Oui ? Alors, pour le plaisir, vous pouvez aller sur l’article vous rafraîchir les neurones (c’est comme avec Le trône de fer, une petite piqûre de rappel ne fait pas de mal).

Non ? Ce n’est pas indispensable, vous pouvez découvrir le nouvel album sans connaître le premier. Mais ce serait sacrément dommage de ne pas lire aussi ce dernier. Euh? Premier, dernier?

Enfin bref, vous faîtes comme vous voulez. Mais sans oublier de vous jeter sur S’unir, c’est se relayer. Une histoire de poules.

Organisation, tactique, stratégie ? Demandez les poules de Laurent Cardon!

Dans ce deuxième opus, l’auteur-illustrateur déploie une fois encore son regard d’artiste désopilant sur la vie en basse-cour. Les enfants verront une basse-cour, les adultes une usine, un bureau ou une entreprise, selon leur situation personnelle.

Dans cet univers productif, nos poules ont fort à faire pour remplir les objectifs que leur assignent les 3 coqs en matière de couvaison. Figurez-vous qu’elles doivent rester 21 jours au nid non-stop avec seulement 15 minutes de pause par jour!

Le tout sous couvert de « meilleur suivi des œufs et bien-être des futurs poussins ».

Evidemment, il y aura de la rébellion dans l’air emplumé du poulailler! 

Organisation, tactique et stratégie dans un Game of poules hilarant (c)Père Fouettard

Entre cocottes en folies et coqs fiers comme des paons, les batailles s’annoncent palpitantes et pleines de suspense. Et Poulette Noémie saura à nouveau faire preuve d’ingéniosité…

(Attention, spoiler)

Une des poules s’appelle Véronique!

On n’hésitera pas à offrir le titre pour la fête des mères à toutes les enseignantes, logisticiennes, agricultrices et bibliothécaires prénommées ainsi.

Pour ma part, j’ajoute illico l’album dans la liste des prénoms du livre pour le cas improbable où Véronique ferait un retour en scène dans les maternités. Qui sait, on a bien vu revenir les Jules, Octave, Louise dans les faire-part de naissance…

Ceci dit, toute la question maintenant est de savoir s’il y aura une saison 3 pour les poules? 

=>S’unir, c’est se relayer. Laurent Cardon.
Editions Père Fouettard, 2019

♥♥♥♥♥

Activité 

Morpion, puissance 4, abalone, quarto, dames et dames chinoises, échecs… 

7 lieues et un livre et le Québec

Aujourd’hui je cède la parole à Noémie Bellanger, jeune diplômée du Master Edition de Paris-Nanterre et créatrice du blog 7 lieues et un livre :

Jeune diplômée du Master Edition de Paris-Nanterre, j’ai décidé à la suite de mon diplôme de m’envoler pour un tour du monde de l’édition jeunesse. J’ai ainsi découvert 7 maisons d’édition indépendantes spécialisées dans les albums illustrés jeunesse sur tous les continents et pu partager leur quotidien le temps d’un mois. Yanbow Al-Kitab au Maroc, Orfeu Negro au Portugal, Bakame Editions au Rwanda, Karadi Tales en Inde, Gecko Press en Nouvelle-Zélande, Amanuta au Chili et Les 400 Coups au Québec, autant d’éditeurs que de rencontres inoubliables.

Si le récit de mes huit mois de pérégrinations est à découvrir sur mon blog ainsi que sur les réseaux sociaux, je vous emmène avec ce billet faire un tour du côté de Montréal et du Québec avec 5 albums coup de cœur que j’ai découvert là-bas. Embarquement immédiat ! 

Le livre où la poule meurt à la fin de François Blais et Valérie Boivin aux éditions Les 400 coups

Je commence inévitablement par l’un de mes albums préférés aux éditions Les 400 coups. Ne vous fiez pas au titre de ce livre, vous allez probablement beaucoup rire en découvrant l’histoire de Catherine, une petite poulette sacrément dépensière. Au programme, de l’humour québécois audacieux et même corrosif aussi bien dans le texte que dans les illustrations. Pour ma part, je pense que c’est le premier album jeunesse que je vois avec une illustration d’escalopes de poulet.

Toto veut la pomme de Mathieu Lavoie aux éditions Comme des géants

Je continue dans l’humour. Un autre type d’humour tellement simple qu’il en devient presqu’absurde. Le problème est rapidement posé : Toto le ver de terre veut manger une pomme solidement accrochée en haut d’un arbre. Il va alors recourir à tous les stratagèmes possibles et imaginables, tous plus alambiqués les uns que les autres. Un petit album qui plait aux plus jeunes par ses grands aplats de couleurs et aux adultes par son intelligence narrative.

Monsieur Vroum d’Etienne Gerin aux éditions La Pastèque

J’admets ne pas parler de ce livre pour son histoire qui ne m’a pas particulièrement touchée ou émue mais plutôt pour ses illustrations d’une rare vivacité. Normal pour un texte sur un pilote de course qui vit sa vie à 100km/h vous me direz, non ? Et pourtant, c’est assez complexe à rendre en image. Ici, le cadrage et les angles de vue adoptés sont visiblement réfléchis et travaillés. Rien n’est laissé au hasard. Et c’est si rafraîchissant d’ouvrir un livre et de découvrir une double-page quasi blanche qui ait un sens.  

Le Jardin invisible de Valérie Picard et Marianne Ferrer chez Monsieur Ed.

J’aime beaucoup le travail de l’illustratrice Marianne Ferrer, sa gestion des couleurs et la poésie de ses dessins. Dans cet ouvrage, on suit une petite fille dans sa chasse aux rêves. Un peu à la manière d’une Alice au pays des merveilles, on s’endort dans le jardin familial pour se retrouver propulsé dans un imaginaire sans limites, jusqu’au ciel et ses étoiles. On en attrape une d’ailleurs au passage dans un filet à papillon, puis on repart de plus belle.

Nuit d’orage de Michèle Lemieux aux éditions Les 400 coups

Je termine par un autre album des 400 coups, en grand écart avec le premier. Celui-ci est un des plus adultes du catalogue de la maison d’édition. Empreint de philosophie, il passe en revue toutes les questions existentielles d’une petite fille qui n’arrive pas à trouver le sommeil. On se reconnaît très vite dans toutes ses interrogations qui nous tiennent nous aussi éveillés des nuits entières à tourner et se retourner dans notre lit. Les illustrations, souvent très imagées, nous touchent directement et on se surprend à penser « c’est vrai que c’est exactement ce que je ressens ! »

En savoir plus sur le blog de Noémie Bellanger

S’unir, c’est se mélanger, une histoire de poules

Marcel le coq blanc a disparu. Les 3 communautés de poules (blanches, noires, rousses) ont tôt fait d’accuser le renard ou la belette.

Après comptage des effectifs, on s’aperçoit que Gertrude la poule rousse a disparu aussi.

Une formidable partie d’échiquier politique va alors se mettre en marche.

Voici le dispositif en résumé :

Conseil des poules (en hémicycle). Discours coq noir. Proposition : former une armée. Coq roux fait une contre-proposition : former 3 armées. Coq noir argumente à nouveau => proposition : former un bataillon de 3 couleurs.

Ergotage sur la disposition du bataillon. Intervention de la poule blanche, Noémie=> Formation en drapeau =>Contestation=>Vote=>Formation en pied-de-poule !!!

Nouvelle réflexion => Formation en rayures diagonales =>EN MARCHE !

Pour la fin, il faudra chercher l’album…

Dans ce livre inspiré par le redoutable souffle du Basilic, les poules ne comptent pas pour des prunes, les idées volent dans les plumes, les actions se concrétisent. Après quelques plans de bataille dessinés à même le sol, nos poules conduites par les 2 coqs et par Noémie mènent leurs compatriotes volatiles sur le pied de guerre. Mais tous ces préparatifs finiront peut-être en eau de boudin…

De la parité en politique à la formation d’un parti ‘En marche’, toute ressemblance avec des faits actuels serait pure coïncidence…

En un mot : EX-CEL-LENT.

A corréler avec Lulu Vroumette, Présidente

Jeu

Les dames chinoises bien sûr !