Archives par mot-clé : Piano

La balade de Yaya

Sans rien dire, j’ai laissé les trois volumes sur la table du salon. J’aime bien faire des expériences comme ça, voir si Petit Cobaye, 9 ans, mord à l’hameçon ou pas. Surtout qu’après toutes ces années ensemble sur Breadcrumb je pensais en faire un grand lecteur.

Or, j’ai à la maison un enfant de son temps : manga, BD et jeux vidéo. Aaahhrr !

Alors j’adopte une stratégie de Sioux : lui offrir le meilleur en textes illustrés et en bandes dessinées en partant de ses goûts. D’où le test Yaya. Car La balade de Yaya est une belle approche pour mélanger les genres BD et manga avec en prime une histoire bien ficelée.

Les volumes ont entamé un pas de deux entre le fils et le père. Et puis Petit Cobaye m’a dit ces quelques mots : « tu devrais le lire, maman, c’est un peu triste mais il y a beaucoup d’espoir. C’est ce qui fait que tu tiens le coup ».

La Balade de Yaya, ce sont 9 tomes parus entre 2010 et 2015 aux éditions Fei, réédités en 2018 sous la forme d’une intégrale en 3 volumes. 3 co-scénaristes et 1 illustrateur ont collaboré pour réaliser ce très joli univers qui va bientôt être adapté en film d’animation.

Synopsis

Shanghai 1937. Le Japon a envahi la Chine. Le monde de Yaya vole en éclats. 

Yaya est une petite fille choyée et obstinée, néanmoins attachante, issue de milieu bourgeois. Séparée accidentellement de ses parents, elle doit sa survie à Tuduo, petit garçon des rues intelligent et attentif aux autres. Elle est aussi accompagnée par son ange-gardien Pipo, un oiseau débrouillard qui joue le rôle de narrateur dans l’histoire. Face aux adultes malveillants que les enfants rencontrent sur leur parcours à la recherche des parents de Yaya, Pipo se montre un allié à plumes drôle et remarquable. 

L’avis de Breadcrumb

Le registre de couleurs adoucies atténue la dureté des expériences vécues par les deux enfants. Une part de Charles Dickens, une autre du Tombeau des lucioles, des illustrations à l’aquarelle magnifiques, une chute réaliste. Tout concourt à la présence nécessaire de cette aventure dans les bacs des médiathèques ou dans la bibliothèque familiale.

À donner sans réserve à toute la famille à partir de 9 ans. 

L’avis de Lana, 10 ans : super cool !

♥♥♥♥

Activité possible : initiation aquarelle ou atelier dessin manga

=>La balade de Yaya
Charlotte GIRARD, Patrick MARTY & Jean-Marie OMONT 
ill. Golo ZHAO
Les éditions Fei, 2018

Une standing ovation pour l’ours qui jouait du piano

Un ourson découvre dans une clairière un objet qu’il n’a jamais vu avant. Intrigué, il tâte avec sa patte maladroite les bâtonnets noirs et blancs et produit un son épouvantable.

Apeuré, il s’enfuit mais revient jour après jour. De nombreux animaux dans la forêt assistent quotidiennement à son récital. À force d’entraînement, il devient un virtuose et rêve de Broadway…

Premier album d’un auteur illustrateur anglais émergent, L’ours qui jouait du piano est incontestablement l’un des livres phares de 2016. Preuve en est : il fait l’objet d’un film d’animation en anglais chez Carrot Productions et concourt pour le titre du meilleur album jeunesse des Incorruptibles catégorie CP.

Les illustrations agencées sur Photoshop sont d’une beauté lumineuse, la clairière et Broadway sont littéralement magiques.

Titre original : The Bear and the Piano. David Litchfield. Frances Lincoln Children’s Books, 2015.

Publié en France chez Belin jeunesse

Voir la chronique en anglais de Kate

Activités

The Bear and the Piano

The Bear and the Piano is a beautifully illustrated children’s book with undertones of adult themes written in a story relatable to children and enjoyed by all audiences.

A classic tale of someone striving to achieve their dreams, the bear returns from the city to discover the warm embrace of friends and family waiting for him in the forest. Children will learn that they can choose to follow their dreams and no matter where they end up they will have the love and support of friends and family.

The author has an obvious passion for illustration and the drawings enhance the already charming story. Despite the main character being a bear, he is depicted in a human way and his relationship with the piano will resonate with children.

This story is most suitable for audiences aged 5 – 11 years.

Link to Véronique’s French review

The Bear and the Piano. David Litchfield. Frances Lincoln Children’s Books, 2015