Archives par mot-clé : Philosophie

Le brainstorming d’Eléphant

C’est l’histoire d’un éléphant

Une réunion annuelle a lieu sur une colline. De nombreuses personnes, animaux, êtres vivants ou entités inanimées sont invités à prendre la parole.

Éléphant est sommé de commencer par poser sa question.

Or, on a beau être puissant et avoir le cuir épais, on n’en est pas moins sensible à la délicatesse des sentiments.

Et on peut tout à fait s’emmêler les défenses en bredouillant, le rouge aux joues, une question pourtant importante pour la plupart d’entre nous.

Surtout quand Fourmi, très organisée mais fort « pètesec » et pressée par le temps, semble bien peu intéressée par le sujet.

Alors même qu’elle est TRÈS préoccupée par son rôle de conduite de réunion, qu’elle perçoit comme un tremplin vers une belle carrière…

C’est l’histoire d’une maison d’édition généreuse

CotCotCot éditions et sa fondatrice Odile Flament publient un livre papier ou numérique par an. Leurs textes poétiques et philosophiques et la qualité de leurs illustrations ont su convaincre Breadcrumb depuis Ma Mamie en poévie. Leur travail restitue à merveille le sel de la vie et le sel de la langue.

Kaatje Vermeire explique comment elle réalise ses illustrations en technique mixte sur éléphant.fr (c) CotCotCot éditions, 2018

En outre, Odile fournit généreusement ses astuces numériques et pédagogiques. Chaque titre est accompagné d’un site web regorgeant de ressources gratuites pour aller plus loin avec les enfants dans un cadre scolaire ou en médiathèque.

On est aux antipodes de l’éditeur commercial. Et c’est sacrément revigorant.

C’est une histoire belge 

Kom op met je vraag, Olifant (littéralement Viens avec ta question, Éléphant)

Le questionnement dans l’histoire trouve un prolongement fantasque et libre dans les ilustrations flamandes évoquant celles de Carll Cneut. On peut visualiser trois magnifiques planches de l’illustratrice Kaatje Vermeire sur le site de l’éditeur belge De Eenhoorn. À noter que la version en néerlandais d’Éléphant a une question a reçu une mention pour le  prix international White Ravens en 2011.

Avec une chute désarçonnante

Petit Cobaye, 9 ans déjà, a beaucoup aimé l’ouvrage bien qu’il n’ait pas apprécié les dernières lignes du livre. Peut-être le style abrupt de la chute correspond-il à l’esprit très pragmatique qui caractérise les Flamands ?

Et si justement cette fin était une belle opportunité pour entamer le dialogue avec les enfants ?

Pour une histoire de cœur !

Et ça tombe bien parce que pour Breadcrumb, Eléphant a une question vaut ♥♥♥♥♥

Activités

Sur le site ad hoc éléphant.fr

Le livre peut être commandé en ligne sur le site de l’éditrice www.cotcotcot.fr

7 lieues et un livre et le Québec

Aujourd’hui je cède la parole à Noémie Bellanger, jeune diplômée du Master Edition de Paris-Nanterre et créatrice du blog 7 lieues et un livre :

Jeune diplômée du Master Edition de Paris-Nanterre, j’ai décidé à la suite de mon diplôme de m’envoler pour un tour du monde de l’édition jeunesse. J’ai ainsi découvert 7 maisons d’édition indépendantes spécialisées dans les albums illustrés jeunesse sur tous les continents et pu partager leur quotidien le temps d’un mois. Yanbow Al-Kitab au Maroc, Orfeu Negro au Portugal, Bakame Editions au Rwanda, Karadi Tales en Inde, Gecko Press en Nouvelle-Zélande, Amanuta au Chili et Les 400 Coups au Québec, autant d’éditeurs que de rencontres inoubliables.

Si le récit de mes huit mois de pérégrinations est à découvrir sur mon blog ainsi que sur les réseaux sociaux, je vous emmène avec ce billet faire un tour du côté de Montréal et du Québec avec 5 albums coup de cœur que j’ai découvert là-bas. Embarquement immédiat ! 

Le livre où la poule meurt à la fin de François Blais et Valérie Boivin aux éditions Les 400 coups

Je commence inévitablement par l’un de mes albums préférés aux éditions Les 400 coups. Ne vous fiez pas au titre de ce livre, vous allez probablement beaucoup rire en découvrant l’histoire de Catherine, une petite poulette sacrément dépensière. Au programme, de l’humour québécois audacieux et même corrosif aussi bien dans le texte que dans les illustrations. Pour ma part, je pense que c’est le premier album jeunesse que je vois avec une illustration d’escalopes de poulet.

Toto veut la pomme de Mathieu Lavoie aux éditions Comme des géants

Je continue dans l’humour. Un autre type d’humour tellement simple qu’il en devient presqu’absurde. Le problème est rapidement posé : Toto le ver de terre veut manger une pomme solidement accrochée en haut d’un arbre. Il va alors recourir à tous les stratagèmes possibles et imaginables, tous plus alambiqués les uns que les autres. Un petit album qui plait aux plus jeunes par ses grands aplats de couleurs et aux adultes par son intelligence narrative.

Monsieur Vroum d’Etienne Gerin aux éditions La Pastèque

J’admets ne pas parler de ce livre pour son histoire qui ne m’a pas particulièrement touchée ou émue mais plutôt pour ses illustrations d’une rare vivacité. Normal pour un texte sur un pilote de course qui vit sa vie à 100km/h vous me direz, non ? Et pourtant, c’est assez complexe à rendre en image. Ici, le cadrage et les angles de vue adoptés sont visiblement réfléchis et travaillés. Rien n’est laissé au hasard. Et c’est si rafraîchissant d’ouvrir un livre et de découvrir une double-page quasi blanche qui ait un sens.  

Le Jardin invisible de Valérie Picard et Marianne Ferrer chez Monsieur Ed.

J’aime beaucoup le travail de l’illustratrice Marianne Ferrer, sa gestion des couleurs et la poésie de ses dessins. Dans cet ouvrage, on suit une petite fille dans sa chasse aux rêves. Un peu à la manière d’une Alice au pays des merveilles, on s’endort dans le jardin familial pour se retrouver propulsé dans un imaginaire sans limites, jusqu’au ciel et ses étoiles. On en attrape une d’ailleurs au passage dans un filet à papillon, puis on repart de plus belle.

Nuit d’orage de Michèle Lemieux aux éditions Les 400 coups

Je termine par un autre album des 400 coups, en grand écart avec le premier. Celui-ci est un des plus adultes du catalogue de la maison d’édition. Empreint de philosophie, il passe en revue toutes les questions existentielles d’une petite fille qui n’arrive pas à trouver le sommeil. On se reconnaît très vite dans toutes ses interrogations qui nous tiennent nous aussi éveillés des nuits entières à tourner et se retourner dans notre lit. Les illustrations, souvent très imagées, nous touchent directement et on se surprend à penser « c’est vrai que c’est exactement ce que je ressens ! »

En savoir plus sur le blog de Noémie Bellanger

Coeur de métier

C’est fou ce que les bibliothécaires et libraires ont comme coups de cœur. Ces gens-là doivent avoir le palpitant hypertrophié, c’est sûr.

Alors bien souvent, je sature un peu en attendant les mots ‘C’est mon coup de cœur !’ J’en grince même des dents parfois et ça fait le bruit de la craie qui crisse sur le tableau.

Eh bien, malgré cela, je ne résiste pas au plaisir de relayer le coup de cœur d’Amandine, bibliothécaire à la Communauté de communes du Kochersberg.

Elle parle de Moi, j’attends…

Il a l’air inoffensif, ce petit album avec sa couverture blanche et son fil de laine rouge… mais les apparences sont souvent bien trompeuses.

Comme moi, laissez-vous porter… J’ai d’abord passé les pages très rapidement et puis je me suis arrêtée, j’ai pris mon temps. Et j’ai même quelquefois remonté le temps en repartant en arrière…

Quelle poésie, quelle finesse ! Un bel album aux illustrations subtiles qui m’a beaucoup touchée. A offrir sans réserve ! 

La couverture initiale de 2005

Davide Cali et Serge Bloch déroulent l’ histoire toute simple de la vie qui passe. Avec un cordon rouge en guise de fil conducteur.  L’émotion m’avait saisie sans crier gare au moment de sa première parution en 2005. Sarbacane vient de le rééditer avec un étui : un bijou dans un écrin.

Si vous avez des amis qui vous invitent à un dîner, oubliez le bouquet ou la bouteille de vin. Venez avec Moi, j’attends…

Appréciation de Breadcrumb :  ♥♥♥♥♥ 😉

⇒En savoir plus

Le titre existe aussi en application numérique. La première parution  a fait connaître Davide Cali dans les métiers du livre.

⇒Découvrir les coups de coeur des professionnels du livre