Tag Archives: Petite fille

Les supercrobards d’André Bouchard

Les lions ne mangent pas de croquettesAncien homme de publicité, André Bouchard est tout d’abord un dessinateur de presse.  C’est un savoir-faire qu’il utilise à grand renfort de hachures dans son travail éditorial pour les enfants.

Sa recette d’auteur-illustrateur est très au point : cruel et satirique pour les adultes, il se montre souvent (mais pas toujours) indulgent avec les enfants.

C’est simple, son sens de l’absurde  et de la dérision évoque d’autres grands messieurs tels que Roald Dahl, Pierre Gripari  et Tomi Ungerer. Tous ont exploité ces ressorts avec le talent qu’on leur connaît.

Continue reading

Croque-moi si tu peux !

C’est l’histoire d’une rencontre ou plutôt d’un défi.

Il est grand, fort mais bête comme ses pieds. Elle est petite, pas grosse mais très très futée.

Entre Perrine et le loup, le match va débuter et se poursuivre en partie de cache-cache.

Croque-moi si tu peux!(c)Amaterra

Par le savoir-faire de Clémentine Sourdais, la forêt se transforme en terrain de jeu graphique délimité par de grandes lignes en forme de triangles, losanges, rectangles.

Au fil du conte, l’enfant va cueillir les champignons et suivre avec son doigt le parcours de Perrine dans le labyrinthe. Pendant ce temps-là, le loup compte jusqu’à 20 comme il peut…

Croque-moi si tu peux! (c)Amaterra

La critique de Breadcrumb :
L’auteure, Juliette Vallery, est une vraie magicienne du conte. Avec elle, les mots roulent en bouche. Elle fait rimer les chiffres et les lettres. Puis elle referme son  sac à histoires par une pirouette avec un avertissement en bonne et due forme. Son album se prête merveilleusement à la lecture à haute voix devant un groupe d’enfants.

Quant à Clémentine, elle joue la carte de l’illustration décalée (la page du ventre du loup ne montre pas les crocs affûtés) en s’emparant d’un détail et prend l’intelligence de l’enfant au sérieux mais avec humour.

Il y a un vrai décodage de l’image à effectuer car Clémentine s’affranchit volontiers des limites physiques des pages. Ainsi, Perrine sort de la page pour s’échapper. Des ballons prennent leur envol à cheval sur une page de texte.

Les trois tons de couleur principaux, moutarde, orange, vert, indiquent clairement la volonté d’expurger les couleurs effrayantes du vrai Chaperon rouge.

Ce conte détourné est très réussi. L’album fait d’ailleurs partie de la sélection annuelle de La joie par les livres.

Pour le feuilletage, un clic sur les éditions amaterra suffit.

Plus d’info

Juliette Vallery l’auteure est rédactrice en chef des magazines « Toboggan » et « J’apprends à lire ».

Quant à Clémentine, c’est notre copine. Elle est régulièrement invitée dans les billets de Breadcrumb. Retrouvez-la ici et .

Jeu

Cherche et trouve

Croque-moi si tu peux!(c)Amaterra

Idée :

L’une des pages pourrait servir de plateau pour un mini-jeu de l’oie.

Croque-moi si tu peux. Juliette Vallery. ill. Clémentine Sourdais
Amaterra, 2016

Ma mamie en poévie, livre animé numérique

J’ai reçu il y a peu une lettre, oserai-je dire plutôt : un petit trésor.

Dans l’enveloppe, il y avait  :

  • des graines de myosotis (forget-me-not, en anglais, ‘ne m’oublie pas’)
  • des confiseries
  • une carte avec plein de jolis mots écrits à la main
  • un mode d’emploi tout simple, même pour les lecteurs en délicatesse avec la technologie digitale.

La carte indiquait un code à clavetiner sur le site Internet des éditions numériques Cotcotcot. Certes, le  code n’était pas magique. Il permettait juste de télécharger un livre numérique, intitulé Ma mamie en poévie.

Vous l’aurez compris à ce stade, le message était si gentil que j’ai suivi, en 3 étapes, la piste numérique de Ma mamie en poévie. Et pourtant, je ne suis pas une inconditionnelle des applications.

Grand bien m’en a pris.

J’ai entamé illico un voyage en poésie. Et puis j’ai participé à un atelier d’écriture en compagnie d’une petite fille narratrice et de sa mamie, poète involontaire.

Poète involontaire car la grand-mère est atteinte de la maladie d’Alzheimer.

Au fil de sa mémoire qui s’effiloche, la grand-mère s’emberlificote dans les mots. Elle tisse un réseau de mots-valises ou de néologismes que la petite fille décrypte avec bienveillance. Evidemment, c’est un peu chaotique. Mais très doux à l’oreille aussi. Voici le conseil de mamie pour nourrir les pigeons à Venise :

“- Pour ne pas qu’ils te pique-piquent, il faut tenir ta main bien apéritive,comme ça, et leur donner des billettes de maïs. Mais, si tu veux, ils peuvent les picorer aussi sur ton épaule, ou sur ta citrouille.

Mes parents m’ont appris que depuis déjà des années, on n’a plus le droit de donner à manger aux pigeons sur la Place Saint-Marc. Mais avec mamie, nous, on continue à les nourrir. Et je sens leur bec au creux de ma paume ou leurs petites pattes sur mes cheveux.”

Extrait – François David et Elis Wilk. “Ma Mamie en Poévie.” iBooks

Illustré par des collages surréalistes d’Elis Wilk et écrit par François David, le grand éditeur poète de Møtus, sur un sujet douloureux, Ma mamie en  poévie s’attarde sur les instants poétiques créés paradoxalement par la maladie , comme volés à la course de la vie.

Ma mamie en poévie est tout à fait adapté à une découverte de la poésie sur le tableau blanc interactif des enseignants de l’école primaire. Ce livre animé est pudique, intelligent et permet une discussion riche avec les enfants avant l’adolescence, à l’âge où les grand-parents ont un rôle majeur dans le cœur des enfants.

Au collège, les adolescents pourront l’aborder en transversalité en sciences et vie de la terre et en français, voire en travaux pratiques encadrés sur l’aspect technologies et formats numériques (le livre est au format ePub3, il est lisible sur tous les dispositifs).

L’éditeur actualise un blog et une page Facebook bourrés de ressources documentaires.

Enfin, en famille, sur la tablette, encocoonés sur le canapé, parents et enfants pourront partager de concert un moment intense et grave à la fois. Que l’on soit concerné par la maladie ou pas.

Ma mamie en poévie. François David, illustré par Elis Wilk. Illustration sonore de Guillaume Lagravière.
Cotcotcot éditions. Novembre 2016.

Continue reading