Archives par mot-clé : Exil

Paddington, véritablement orphelin

Paddington, le plus célèbre des ours en peluche londoniens, a perdu son créateur Michael Bond le 27 juin 2017. Après l’auteure-illustratrice Babette Cole, c’est au tour de ce maître britannique de la fiction enfantine de nous quitter à l’âge de 91 ans. Il lègue un monument à la littérature de jeunesse, Paddington.

Paddington, petit ours du fin fond du Pérou en quête d’un meilleur futur en Angleterre, est né en 1958 en même temps que le premier enfant de Michael Bond. Il est recueilli sur le quai de la gare de Paddington à Londres par la famille Brown. Sa méconnaissance de la vie en société engendre des catastrophes domestiques hilarantes où les enfants de toutes générations se retrouvent assurément.

Paddington vu par un illustrateur japonais

Michael Bond avait tiré son inspiration des enfants évacués de Londres pendant la seconde guerre mondiale, enfants qu’on voyait vraiment avec des étiquettes portant leur nom et leur adresse de destination. Il avait également été très marqué par les difficultés rencontrées par les réfugiés d’Europe de l’Est à la fin de la guerre.

Une illustration de Marion Piffaretti
Paddington, un monument du patrimoine littéraire britannique (c)Andy Wilx

La panoplie de Paddington :

  • Bottes en caoutchouc (les Britanniques disent Wellington)
  • Chapeau mou du Pérou
  • Duffle-coat
  • Vieille valise
  • Etiquette
  • Pot de marmelade
Atelier anglais

Ecouter un extrait en anglais :

https://www.harpercollins.co.uk/9780008192242/a-bear-called-paddington

Lire un extrait en anglais  :

https://www.harpercollins.co.uk/9780007236336/paddington

http://www.paddington.com/fr/home/

En savoir plus

Les albums en France sont publiés chez Michel Lafon.

D’autres personnages de Michael Bond :

Olga da Polga the guinea pig (illustré par Catherine Rayner) et Thursday the mouse

Activités

Cahier à télécharger sur le site de l’éditeur anglais des romans de Michael Bond HarperCollins

Portugal

Le Portugal nous offre des illustrateurs comme Bernardo Carvalho, Madalena Matoso, Catarina Sobral et un éditeur orienté vers l’illustration contemporaine, Planeta Tangerina. Les toutes nouvelles éditions des éléphants ont pioché chez eux un album très riche sur le thème de l’exil à l’attention des enfants de 8 ans et plus, Avec trois brins de laine.

Avec trois brins de laine. Yara Kono. ed des éléphants, 2016

Disons-le tout net : je ne suis pas très sensible à ce type d’illustrations rétro-modernes.

Mais tant l’histoire que le traitement graphique sont tellement hors des sentiers battus que cet album est pour moi l’un des meilleurs de l’année 2016.

Exil et jacquard

Avec ce titre, on brasse l’Histoire (et quelle Histoire ! : une fuite de la dictature portugaise pour se retrouver dans un autre pays en dictature, la Tchécoslovaquie). Dans ce nouveau pays, tout est ordonné, les enfants défilent en batterie au lieu de s’égayer dans des cours colorées. Les pulls dans les rares magasins sont tous de la même couleur, orange, vert ou gris.

À son échelle, la mère de famille va alors combattre le conformisme ambiant à l’aide de tricots réinventés…

Premiers pas en géopolitique

Cette histoire d’exil vu à travers les yeux d’une petite fille est soutenue financièrement par Amnesty International et est servie intelligemment par le travail de l’illustratrice brésilienne Yara Kono.

Ouverture sur l’édition portugaise axée sur l’illustration contemporaine (Planeta Tangerina), l’album à visée documentaire est un magnifique exemple de ce que signifie la coopération internationale.

Bravo !

Avec trois brins de laine. Yara Kono.
Les éditions des éléphants, 2016

Paroles d’enseignants :

Continuer la lecture de Portugal

Le livre d'images en jeu