Cécile Hudrisier, virtuose de la découpe et du pistolet à colle

Avec Cécile Hudrisier, il suffit d’un brin de ficelle, de quelques feuilles de papier couleur, de petits bouts de lettres découpées dans du papier journal et P|O|F| !, on obtient des pages d’illustrations rigolotes, attendrissantes, un poil impertinentes.

Car la technique de prédilection de Cécile, c’est le papier découpé. Et elle excelle dans ce domaine. En un sens, elle se rapproche de Christian Voltz qui, avec ses petites bricoles de quincaillerie, crée lui aussi des univers espiègles et poétiques. Pour un peu, on pourrait les marier ces deux-là…lagrossefaimdeptitbonhomme_couverture (3)

Pour moi, son best-seller absolu reste La grosse faim de P’tit bonhomme.

Une pure gourmandise visuelle.

Il faut voir le boulanger velu dans son marcel au milieu des viennoiseries, d’un pittoresque confondant, le charme craquant de la maison en carton, la délicatesse de patchwork des champs et des collines pour apprécier tout le sel de cette leçon de sagesse universelle : il faut travailler pour gagner sa croûte !

Cécile Hudrisier

Une petite bouchée pour débuter ?

Le petit ventre de P’tit Bonhomme est tout vide. P’tit Bonhomme a très, très faim. Mais lorsqu’il sort son porte-monnaie chez le boulanger, il a beau l’examiner sous toutes les coutures, pas le moindre petit sou pour payer son pain. Brave homme, le boulanger est fort ennuyé en voyant l’air dépité de son jeune client. Alors il se gratte la tête. Puis il fait une proposition :

« Donne-moi de la farine et je te donnerai du pain. »

P’tit Bonhomme file alors voir le meunier et lui demande un sac de farine. Or le meunier est bien gentil mais il doit lui aussi gagner son pain… P’tit Bonhomme va retrousser ses manches et faire preuve d’imagination pour convaincre les différents protagonistes. La journée sera bien remplie et le soir venu, son petit ventre le sera tout autant. Bonne nuit, P’tit Bonhomme.

Un conte de randonnée

La grosse faim de P’tit Bonhomme est un conte de randonnée, c’est-à-dire qu’on récapitule au fur et à mesure les différentes étapes et rencontres du héros. Ce qui donne ceci par exemple au milieu du conte :

-Paysan, donne-moi des grains de blé
que je donnerai au meunier
qui me donnera de la farine
que je donnerai au boulanger
qui me donnera du pain
Parce que j’ai faim !

C’est comme un refrain pour l’enfant qui participe alors activement à la narration.

D’autres réussites de Cécile

  • La moufle (2, 3 ans)
  • Sur le dos d’une souris (2, 3 ans)
  • Les plus belles comptines anglaises (3, 4, 5, 6)

Activités

Un canoë qui rame énormément

Les rameursLe travail en équipe, ça s’apprend ! Même entre amis. Car Ours, Elan et Castor ont beau être les meilleurs potes du monde, ils ont fort à faire pour s’entendre le jour où ils partent ensemble en balade à canoë. C’est que chacun a sa petite idée pour faire avancer le bateau ou dépasser les obstacles qui ne manquent pas. Et de pagaie à pagaille, il n’y a pas loin, tout au plus 2l qu’on retrouve aussi dans chamaille.

Bref, après avoir défié toutes les lois de la physique et affronté les écueils de la psychologie comportementale, les 3 compères vont enfin réaliser un parcours sur la rivière IMPECCABLE. Bien sûr, pour découvrir comment, il va falloir lire le livre…

Les rameurs de Nicholas Oldland paru en 2015 aux éditions Bayard est un régal de lecture qui devrait figurer au programme des meilleures écoles de management !

Rafraîchissant, humoristique et formateur, Les rameurs fait suite à Gros câlin, tout premier album de Nicholas publié en 2009 au Canada par les éditions anglophones canadiennes Kids Can Press. Leur homologue francophone Scholastic a à ce jour édité 5 albums dans la même série. Avec l’éditeur français Bayard, il existe ainsi 2 versions différentes en français du même album :

  • Les amis qui voguaient à l’aventure chez Scholastic (français du Québec)
  • Les rameurs chez Bayard (français)
  • Activités

Capture_scholasticScholastic a consacré à Nicholas Oldland un mini-site web autour des 3 personnages (associations phrase-image, différences, coloriages, labyrinthes)

http://scholastic.ca/editions/livres/nicholasoldland/livres.htm

 

Les crocodiles ont le coeur tendre

Le saviez-vous ?

Les éditions des fourmis rouges ont une presse magique pour imprimer leurs albums Pedro Crocodile et George Alligator, jugez-en plutôt par vous-même :

Mais la magie ne s’arrête pas là : la créatrice du livre, Delphine Perret, joue sur les 2 tableaux de l’écriture et du dessin avec une maestria malicieuse absolument délicieuse. Très espiègle, elle croque deux cousins reptiles, Pedro Crocodile et George Alligator, fortement déterminés à dévorer des enfants.

Pour faire court, George Alligator en a plus qu’assez : les enfants le confondent tout le temps avec son cousin Pedro Crocodile. Ni une, ni deux, voici nos deux gros lézards d’accord pour aller déguster ces chenapans incultes. Car les enfants, « c’est un peu sucré mais ça se mange… ». Et où diable trouve-t-on des enfants  ? A l’école pardi !

Et c’est à l’école que nous allons recevoir une leçon de sciences naturelles inhabituelle. La pauvre maîtresse, gentiment tournée en dérision, n’y a d’ailleurs pas la plus belle part.

Tout dans l’album est un hymne au jeu :

  • Jeu d’observation : les dessins au trait fourmillent de détails à observer, la palette des couleurs est volontairement limitée à des taches de vert (Pedro et Georges) et de rose (les mains et les visages), le reste du décor n’est pas peint.
  • Jeu de parcours : l’histoire est en boucle, à la fin, on revient à la case départ.
  • Jeu  de langage : de nombreuses expressions familières initient les enfants à un registre argotique (se tenir à carreau, dure à cuire, la frime, planqué derrière le placard, mettre les points sur les i ).

En bref, Pedro + George =  1 album 3 en 1 : 1 bijou d’humour tendre, 1 ode à la différence, 1 jeu d’observation. CQFD.

Activité

  • Cherche et trouve l’affiche de la pelote de réjection de la chouette. Lis attentivement les légendes. Tu devrais trouver quelques surprises.
  • Trouve comment Delphine a concrètement illustré l’expression « mettre les points sur les i ».

Pedro Crocodile et George Alligator, Delphine Perret, éd. Les fourmis rouges. A partir de 5 ans.

Pour les 4, 5 ans : Continuer la lecture de Les crocodiles ont le coeur tendre

Le fil d’Ariane dans le livre d’images