Archives de catégorie : Livres animés

Martine Perrin, architecte du papier

pop_up_zooDepuis 13 ans déjà, Martine Perrin nous propose de jouer avec les formes, les volumes et les couleurs dans ses livres-jeux-objets pour bambins de 0 à 4 ans.

Toujours ingénieuse et ludique, cette architecte de formation a exploité les ressources de son art et du papier pour solliciter l’intelligence spatiale de son jeune lecteur. Celui-ci devient un véritable acteur de la lecture initiée par l’adulte. On retrouve d’une certaine manière la démarche d’Hervé Tullet.

La page d'accueil du site de Martine Perrin reflète son travail d'auteur-illustrateur
La page d’accueil du site de Martine Perrin reflète son travail d’auteur-illustrateur

Continuer la lecture de Martine Perrin, architecte du papier

Des images qui nous mènent par le bout du nez

Les farceurs (c) L'agruneLes apparences sont trompeuses, Dieu sait si on nous l’a bien souvent répété. Pourtant, nous tombons tous dans le panneau. Et à tout âge !

Les grands comme les petits se retrouvent alors à égalité pour décoder les pièges visuels. C’est un des ressorts qu’utilise habilement Anne-Hélène Dubray dans la réalisation de son livre-jeu Les farceurs.

Avec cet album de devinettes poétiques, l’illustratrice s’empare d’un classique de l’animation du livre pour tout-petit. Autrement dit, qui se cache sous le rabat ? Quel animal farceur se cache sous le feuillage ?

« Mais qui s’ébroue et fait clapoter les flaques de boue ? »

Là cependant, Anne-Hélène Dubray change la donne. Elle se joue du lecteur en l’induisant malicieusement en erreur.

Par le registre très contemporain des illustrations, la musicalité des devinettes et le système de rabats astucieux, l’album s’adresse à tout public à partir de 4 ans. L’aspect très soigné du livre (format presque carré et dos arrondi) ajoute au plaisir du jeu.

Petit_cobaye_joue_Les farceurs  - CopieLes farceurs. Anne-Hélène Dubray. L’agrume, 2016

Activité

Superposition transparente de détails du feuillage et couleurs fantaisistes de certains animaux : Anne-Hélène Ducray s’amuse aussi. Pourquoi ne pas réaliser un tableau à la manière de l’illustratrice avec du papier vitrail ?

Maman renard

COUV-RENARDS_21KO1, 2, 3, 4 : Maman renard a 4 petits. 4 renardeaux qui s’ébattent dans la neige. Sacrément coquins, ces petits goupils. Maman les perd vite de vue. Voudraient-ils jouer à cache-cache ?

Le bel album d’Amandine Momenceau, animé par des pages découpées, nous invite à participer nous aussi à la partie.

RENARDS-visua-16 copie (2)Bien sûr, lorsque les renardeaux auront été retrouvés, après un petit suspense, il sera temps de regagner la chaleur douillette de la tanière. Enfin sans oublier un jeu pour la fin : un classique… le dernier arrivé est une poule mouillée !

Le grand format, la forêt réduite à l'essentiel et la technique du papier découpé donnent un aspect très esthétique à Maman renard paru aux éditions L'Agrume.

Résolument tournée vers l’illustration contemporaine, la maison d’édition L’Agrume développe également depuis 2013 une production d’albums jeunesse. Atypique et prometteuse, cette collection non formatée fait la part belle à des illustrateurs encore inconnus et déjà à suivre.

Après Cléa Dieudonné et sa merveilleuse Mégalopole, Ana Pez et son petit frère invisible, Amandine Momenceau reprend brillamment le flambeau. Là-aussi, l’accent est mis sur l’aspect graphique : à défaut d’album cartonné que le jeune enfant peut manipuler seul, c’est un beau livre qui se partage grâce aux bons soins de l’adulte.

Amandine Momenceau, dont il s’agit de la première publication, a tout d’une grande. C’est simple, fort, doux comme le lait sucré. La dernière double page, dans des tons chauds opposés à la blancheur de la neige, est une ode à la maternité.

Bref, un petit moment de bonheur…

Activité Puzzle

un aperçu des 16 pièces de puzzle à positionner

D’autres albums en papier découpé

Antoine Guilloppé – Cécile Hudrisier – Bruno Munari (Dans le brouillard de Milan) – Emmanuel Fornage – Clémentine Sourdais –  Charlotte Gastaut – Eva Vincze – Martine Perrin

Voir l’article en anglais de Jenny