Category Archives: Gallimard jeunesse

Les supercrobards d’André Bouchard

Les lions ne mangent pas de croquettesAncien homme de publicité, André Bouchard est tout d’abord un dessinateur de presse.  C’est un savoir-faire qu’il utilise à grand renfort de hachures dans son travail éditorial pour les enfants.

Sa recette d’auteur-illustrateur est très au point : cruel et satirique pour les adultes, il se montre souvent (mais pas toujours) indulgent avec les enfants.

C’est simple, son sens de l’absurde  et de la dérision évoque d’autres grands messieurs tels que Roald Dahl, Pierre Gripari  et Tomi Ungerer. Tous ont exploité ces ressorts avec le talent qu’on leur connaît.

Continue reading

Nina, je prie pour qu’une étoile guide tes pas

Les ombres de Nina Simone et Martin Luther King planent sur Nina, un livre politique, musical et puissant autour du thème de la ségrégation raciale aux Etats-Unis.

Où l’on comprend que la phrase Une blanche vaut deux noires s’interprète différemment selon son contexte musical ou sociétal. Au piano, les touches noires sont des bémols, des demi-notes. Dans l’Amérique de Nina, les hommes noirs sont considérés comme des bémols.  Continue reading

Bye-bye, Babette

Babette Cole, l’auteure-illustratrice de Princesse Finemouche, du Problème avec ma mère, de Comment on fait les bébés !, de Docteur Dog, vient de ranger définitivement son atelier d’aquarelliste. Son esprit farfelu, naturaliste et anti-tabou s’est éteint à l’âge de 67 ans.

L’art de la dérision

Babette Cole, c’était un peu l’école de la vie. Avec l’humour britannique et la dérision en plus. Tous les sujets étaient abordés frontalement, sans fausse pudeur, avec bonne humeur.

Comment on fait les bébés !c)Seuil, 1993

Qu’elle prenne les parents pour des benêts en leur faisant suivre une leçon d’éducation sexuelle dans Comment on fait les bébés !, qu’elle donne une leçon de santé publique avec Docteur Dog, docteur de famille de race canine surmené, évoque les difficultés entre les générations ou aborde le problème du désamour parental (Le dé-mariage), Babette Cole faisait mouche quasiment à chaque fois.

Animal addict

Son univers loufoque devait aussi beaucoup aux animaux qui envahissaient les pages de ses albums et sa vie (elle vivait dans une ferme dédiée aux chevaux dans le Devonshire, une région pluvieuse de l’ouest de l’Angleterre).

Un succès planétaire

A une époque sans réseaux sociaux, sans ligne Internet, sans stratégie marketing insolente, la complicité de Babette avec les enfants  a été largement reconnue à travers le monde entier. Dame Babette aurait parfaitement pu figurer dans Le Guiness des records ! Comment on fait les bébés (Mummy laid an egg) a été vendu en 72 langues à 2 millions cinq cent mille exemplaires ! Quand on sait qu’aujourd’hui un album jeunesse ne se vend qu’à quelques milliers d’exemplaires…

RIP Babette. Tu vas nous manquer.

Cahier d’activités

Autour de J’ai un problème avec ma mère chez Gallimard

Continue reading