Archives de catégorie : Didier jeunesse

Galettes, bonhommes de pain d’épice et autres coureurs de fond

Le conte Roule Galette et sa petite ritournelle est l’exemple type du conte de randonnées.

Un incontournable du répertoire des enseignants de maternelle dans lequel une galette se lance dans une course éperdue pour échapper à ses prédateurs. Jusqu’à ce qu’elle rencontre le renard, dont on connaît bien la qualité majeure, la ruse.

Le point de départ de ce conte se retrouve dans de nombreuses variantes dans le monde entier.

Russie, Angleterre, Japon, monde ancien ou moderne, à vous de découvrir un éventail de versions toutes plus riches les unes que les autres.

Continuer la lecture de Galettes, bonhommes de pain d’épice et autres coureurs de fond

Christian Voltz, l’as de la bricole

chouette-chienne-de-vieAvec Christian Voltz, c’est bien simple, on peut se permettre un jeu de hasard : on pioche dans sa bibliographie, on tire un album, et hop, à tous les coups, on est gagnant. Chez cet auteur-illustrateur, il n’y a rien à rejeter, c’est comme dans le cochon, tout est bon !

Le plus jeune commence et tire Chouette (chienne) de vie. Et ça tombe bien, c’est le petit dernier paru :

Dans Chouette (chienne) de vie, un ouvrier prend le métro pour rejoindre son usine. Comme chaque matin, il exécute son travail de fourmi. Or ce jour-là, le contremaître l’agonit de noms d’oiseaux. L’ouvrier se rebelle. Il se retrouve jeté à la rue comme un chien. Puis rencontre un chien pour de vrai qui va se transformer en teigne pour de faux… Chemin faisant, l’ouvrier dégote amitié et promesse d’amour à défaut de promesse d’embauche…

Cc-est-pas-ma-faute‘est pas ma faute si j’aime les ouvrages de Monsieur Christian ! Chouette (chienne) de vie aux éditions du Rouergue n’est pas uniquement Le livre le plus génial que j’ai jamais lu… mais c’est assurément l’un des plus choux. Et ça fait bientôt 20 ans que ça dure !

toujours-rien Depuis Toujours rien paru en 1997, je suis devenue accro aux vis et aux boulons qui peuplent l’atelier poétique de Christian Voltz. Avec son bric-à-brac et son grand talent, il donne naissance à des personnages un peu cabossés et très attachants. Des petits personnages en lutte contre le gris du quotidien, toujours riches d’argot tendre, d’amitié et plus si affinité.

C’est pourquoi je ne résiste pas au plaisir de dévoiler la recette des albums :

Ingrédients :

  • quelques petites gens
  • deux ou trois pincées de gris du quotidien,
  • une gousse de rouge de l’amour
  • un soupçon de poésie
  • une langue populaire piquante

Pour la garniture :

  • vis
  • boulons
  • capsules de bière
  • manches en bois de gouges  ou manivelles
  • fil de laiton
  • papier de soie, toile de jute, chiffons divers

Le conseil de Breadcrumb : savourer en priorité Comme chaque matin; Toujours rien ?; La souris et le voleur; Le livre le plus génial que j’ai jamais lu.

comme-chaque-matinComme chaque matin, éditions du Rouergue, 1997

M. Léon se réveille brutalement…comme chaque matin.
Il aimerait bien traîner au lit, mais il est déjà très en retard…
comme chaque matin.
Il s’habille tout de gris… comme chaque matin.
Un détail pourtant va détraquer cette morne journée
et y apporter un rayon de soleil. Un livre sur la routine et le regard que l’on porte sur les choses

Toujours rien ?, éditions du Rouergue, 1997

Ce matin, M. Louis a semé une petite graine pleine de promesses
dans son jardin. Il l’arrose, lui susurre des mots doux et revient
chaque jour voir comment elle pousse.
Malheureusement, c’est un peu plus long que prévu… Attention à ne pas passer à côté de l’essentiel, Monsieur Louis !

La souris et le voleur, éditions Didier jeunesse, 2002

Une souris fait appel à un juge apparemment déjanté pour repousser un voleur obstiné. Un conte facétieux qui réhabilite le caca dans la vie quotidienne.

le-livre-le-plus-genial-que-j-ai-jamais-luLe livre le plus génial que j’ai jamais lu, L’école des loisirs, 2008

Le personnage grognon héros de l’album interpelle son créateur et intervient dans la genèse du livre.

Plus d’informations sur le site de Christian Volz.

Ah, au fait, j’allais oublier de vous dire : Christian Voltz a une alter ego en atelier couture : la formidable Cécile Hudrisier et son p’tit bonhomme à la grosse faim…

Bien, maintenant, prêt(e) pour une activité ?

Breadcrumb te propose un atelier d’écriture à la manière de Christian Voltz :

A la manière de Christian Voltz

  1. cherche des expressions imagées de la langue française avec des animaux, par exemple yeux de merlan frit, salut moustique, coucou microbe, fort comme un bœuf, vexé comme un pou
  2. récolte un bric-à-brac de petits objets destinés au bricolage ou à la poubelle
  3. invente une histoire à illustrer avec ton petit matériel
  4. un message de Breadcrumb destiné à Christian s’est glissé dans l’illustration ci-dessus, sauras-tu le décoder ?

 

C'est la fin

Le renouveau de l’art flamand

couverture du livre Le Chien que Nino n'avait pasLorsque je suis tombée sur le titre Le Chien que Nino n’avait pas, je n’ai pas eu envie de le feuilleter : trop sombre, trop nordique, trop rétro?

Pas du tout le genre d’ouvrages que publie d’habitude Didier jeunesse.

Et puis bon, je l’avais en main, et je savais qu’il avait reçu le Prix Sorcières, grand prix littéraire décerné chaque année par une assemblée très, très sage de libraires et bibliothécaires jeunesse.

Bref, les mains liées et l’esprit bridé, j’ai commencé à le feuilleter. Et c’est là que j’ai compris, comme disent mes 2 adolescents, que j’étais « devant du lourd ». Traduisez : c’est de toute beauté. 

L’illustrateur belge Anton Van Hertbruggen est tout simplement prodigieux. Armé de ses pinceaux et de son scanner, il brosse le monde imaginaire d’un petit garçon solitaire et aventurier, vivant dans une forêt du Nord de l’Europe avec sa maman et son chien invisible.

Peuplée des émotions du petit garçon, la forêt est habitée par l’esprit des Indiens d’Amérique, par les flamands roses du Nord de l’Afrique et autres animaux sauvages de tout bord.

Ces animaux accompagnent les jeux du petit intrépide en osmose avec la nature.

Parce que la nature sait réparer les douleurs de l’âme des enfants. Parce que l’imaginaire est un allié sûr pour bien grandir malgré les difficultés. Parce que la palette d’un peintre nous offre à tous, grands et petits, une fenêtre vers l’harmonie.

Le_Chien_que-Nino_n'avait_pas

Anton Van Hertbruggen n’a que 22 ans. Le Chien que Nino n’avait pas, paru en Hollande en 2013 est son premier ouvrage.

On a hâte de voir la suite…

Activité

Une évidence : fabriquer une cabane dans le jardin ou la forêt. Avec des vraies branches, de vieux tapis et une dînette, pas une cabane achetée en magasin !