Tous les articles par Véronique Van der Meij

Le brainstorming d’Eléphant

C’est l’histoire d’un éléphant

Une réunion annuelle a lieu sur une colline. De nombreuses personnes, animaux, êtres vivants ou entités inanimées sont invités à prendre la parole.

Éléphant est sommé de commencer par poser sa question.

Or, on a beau être puissant et avoir le cuir épais, on n’en est pas moins sensible à la délicatesse des sentiments.

Et on peut tout à fait s’emmêler les défenses en bredouillant, le rouge aux joues, une question pourtant importante pour la plupart d’entre nous.

Surtout quand Fourmi, très organisée mais fort « pètesec » et pressée par le temps, semble bien peu intéressée par le sujet.

Alors même qu’elle est TRÈS préoccupée par son rôle de conduite de réunion, qu’elle perçoit comme un tremplin vers une belle carrière…

C’est l’histoire d’une maison d’édition généreuse

CotCotCot éditions et sa fondatrice Odile Flament publient un livre papier ou numérique par an. Leurs textes poétiques et philosophiques et la qualité de leurs illustrations ont su convaincre Breadcrumb depuis Ma Mamie en poévie. Leur travail restitue à merveille le sel de la vie et le sel de la langue.

Kaatje Vermeire explique comment elle réalise ses illustrations en technique mixte sur éléphant.fr (c) CotCotCot éditions, 2018

En outre, Odile fournit généreusement ses astuces numériques et pédagogiques. Chaque titre est accompagné d’un site web regorgeant de ressources gratuites pour aller plus loin avec les enfants dans un cadre scolaire ou en médiathèque.

On est aux antipodes de l’éditeur commercial. Et c’est sacrément revigorant.

C’est une histoire belge 

Kom op met je vraag, Olifant (littéralement Viens avec ta question, Éléphant)

Le questionnement dans l’histoire trouve un prolongement fantasque et libre dans les ilustrations flamandes évoquant celles de Carll Cneut. On peut visualiser trois magnifiques planches de l’illustratrice Kaatje Vermeire sur le site de l’éditeur belge De Eenhoorn. À noter que la version en néerlandais d’Éléphant a une question a reçu une mention pour le  prix international White Ravens en 2011.

Avec une chute désarçonnante

Petit Cobaye, 9 ans déjà, a beaucoup aimé l’ouvrage bien qu’il n’ait pas apprécié les dernières lignes du livre. Peut-être le style abrupt de la chute correspond-il à l’esprit très pragmatique qui caractérise les Flamands ?

Et si justement cette fin était une belle opportunité pour entamer le dialogue avec les enfants ?

Pour une histoire de cœur !

Et ça tombe bien parce que pour Breadcrumb, Eléphant a une question vaut ♥♥♥♥♥

Activités

Sur le site ad hoc éléphant.fr

Le livre peut être commandé en ligne sur le site de l’éditrice www.cotcotcot.fr

Fééries alphabétiques et autres fantaisies

À l’occasion de la parution du Bruit des lettres, nouvel album-CD ingénieux et poétique chez benjamins media, je vous propose une explication de la technique d’illustration employée par Julien Billaudeau. 

Puis je vous emmène  découvrir d’autres fantaisies alphabétiques en deuxième partie d’article.

Et si vous avez une minute, profitez pour réécouter le magnifique télégramme d’Yves Montand et Simone Signoret et allez visiter la maison de Raymond Devos à Saint-Rémy-lès-Chevreuse…

Allez Zou, c’est parti mon Kiki !

Un abécédaire en mouvement

Pour créer ses pétarades de pépins de pastèque,  ses envols de graines de pissenlit et autres nuées d’étoiles filantes, Julien Billaudeau a travaillé avec une palette colorée réduite à 4 couleurs et leurs superpositions. Il n’y a pas de noir. Les contrastes sont créés uniquement par la couleur.

Un rendu proche de la sérigraphie

Le livre a été imprimé directement avec les 4 couleurs Pantone spécifiques qu’il a choisies : un jaune, un bleu clair, un violet et un orangé : c’est ce qui donne ce rendu lumineux et contrasté.

C’est très proche de ce qu’on pourrait faire en sérigraphie, une technique d’impression qui inspire beaucoup sa manière de travailler.

Carré d’as pour Le bruit des lettres chez benjamins media : texte, voix, illustration, réalisation se répondent parfaitement pour un formidable jeu graphique et sonore

Pour Le bruit des Lettres et pour la première fois,  il a dessiné l’ensemble du livre uniquement à l’ordinateur, avec sa tablette graphique.

C’était plus adapté pour manipuler les formes qu’il dessinait, les déplacer et les superposer les unes aux autres.

En revanche, dans sa manière de dessiner à l’ordinateur, Julien Billaudeau s’inspire de ce qu’il ferait s’il devait dessiner directement sur papier. Avec l’ordinateur, on peut facilement avoir un rendu trop lisse et propre. Il fait donc attention à ce que son trait garde ses petites aspérités et imperfections.

La lettre C dans Le bruit des lettres (c)benjamins media, craquante à souhait
Des textures « maison »

Il ajoute aussi des matières issues de ses bois gravés ou de ses travaux faits à la peinture, à la bombe et au fusain qu’il triture ensuite sur ordinateur.

La lettre P est dessinée par les pépins du coeur d'une pastèque
Cherche et trouve la lettre dans l’ illustration extraite de Le bruit des lettres (c) benjamins media, 2018

Appréciation : La lettre F chez Breadcrumb fait ffffiouu !

Livre-CD mp3 Le bruit des lettres 
Jeanne Boyer, Ill. Julien Billaudeau, voix. Alexandra Mori, réal. sonore Ludovic Rocca
benjamins media, 2018

♥♥♥♥♥

ABCD, je connais mon alphabet

Pour poursuivre sur le thème, explorons l’alphabet en édition jeunesse avec cette brassée d’ouvrages triés sur le volet qui devraient contenter parents, bibliothécaires, enseignants et enfants :

ABCXYZ d’ Adrienne Barman – Le joyeux abécédaire de Maria Jalibert – Alphabetville chez Circonflexe – ABCD d’Henri Galeron – Marion Bataille et son alphabet pop-up – Un Abécédaire en wax aux éditions Grandir – Le A de Claude Ponti – Sans le A de Michael Escoffier – L’album Abécédaire de Pascale Estellon aux éditions Les Grandes Personnes – Voir aussi du côté d’Oliver Jeffers -L’Abécédaire de Xavier Deneux aux  éditions Milan – Le précurseur Balthazar chez Hatier

Le titre d’Henri Galeron aux éditions Les grandes personnes, 2017, livre-jeu classico-moderne
La lettre de G de ABCD, titre d’Henri Galeron aux éditions Les grandes personnes
Typocuriosités 

Les titres de Tomi Ungerer sont déclinés en lettres sur le site du musée à Strasbourg.

Les défuntes éditions L’édune donnaient carte blanche à un illustrateur différent pour présenter une lettre par album (certaines bibliothèques départementales disposent de l’exposition).

Lettres en Activités 
  1. créer un abécédaire pop up
  2. fureter sur La maternelle de Bambou
  3. jouer avec l’abécédaire de Mies Van Hout qu’elle propose gracieusement sur sa page FB

Now you can download my alphabet from dropbox. It's for free!dropbox:http://tinyurl.com/alfabetvanmiesvanhout.You can use it to write your name, or the name of your shop.Please send me a picture of it.

Publiée par Mies van Hout picturebooks sur Vendredi 25 septembre 2015

A is for Alligator
Sélections d’abécédaires
  • Sélection abécédaires réalisée par la BM de Concarneau 
    http://fr.calameo.com/read/0034452036a975b815e7a
  • Sur Babelio 
Travaux universitaires

ARLAP 

Le coin insolite des adultes 

L’alphabet en romans policiers : Sue Grafton, auteure américaine, a écrit un roman par lettre de 1982 à 2017 en commençant par A is for Alibi. La seule lettre manquante est le Z car elle est décédée en 2017, l’année du Y ! Plus d’infos sur le site bookseriesinorder

Super Mario

Une affiche de Mario Ramos pour Pastel

J’ai longtemps appelé le personnage de jeux vidéo Mario ‘Super Mario’.

Pourtant, mes enfants m’ont toujours dit avec un brin d’exaspération que son nom était Mario.

D’après eux, le terme ‘super’ s’applique juste au jeu et non au personnage.

Je dois reconnaître qu’ils ont absolument raison.

Car le vrai Super Mario, le seul, l’unique, c’était Mario Ramos, l’un des plus grands créateurs de livres pour les petits.

Super Mario

Né d’un père portugais et d’une mère belge, Mario Ramos aimait traiter de problèmes de société par le biais de l’humour. 

Au cœur de son œuvre, la différence, le pouvoir (et ses abus) à hauteur d’yeux de bambins. Pour ce faire, il convoquait souvent, à la manière de Geoffrey de Pennart, les personnages des contes familiers occidentaux.

Décédé en 2012, il nous a laissé une oeuvre riche et intemporelle à relayer aux jeunes générations sans hésitation.

Au lit, Petit Monstre

Ma première et plus marquante rencontre avec son univers a eu lieu il y a 20 ans alors que mon fils aîné avait deux ans : c’était avec Au lit, petit monstre !

Un fou-rire irrépressible m’empêchait de lire correctement le livre et l’enfant me regardait avec perplexité.

J’avais alors passé le relais à son père. A son tour, celui-ci s’était rapidement montré incapable de lire sans s’étouffer de rire. Et pour cause ! Avec tout le talent qui le caractérisait, Mario Ramos avait su représenter l’ingéniosité inépuisable des tout-petits pour retarder l’heure du coucher.

Dans Au lit, petit monstre!, le minidrame quotidien de chaque jeune parent pour coucher son enfant est ainsi irrésistiblement croqué jusqu’à la scène finale en forme de pirouette. 

Un hommage à Max et les maximonstres, grand classique américain, est aussi glissé astucieusement dans l’histoire du soir.

Un monde à l’envers

Son premier livre en qualité d’auteur-illustrateur : Un monde à l’envers en 1995 ; le personnage se rend compte que la terre est ronde comme une orange et pas plate comme une pizza.

Mon ballon

Mon ballon a fortement marqué Petit Cobaye, 5 ans, en grande section de maternelle.

Après lecture de Mon ballon (où se promène le petit chaperon rouge  avec un ballon rouge au rythme de la comptine Promenons-nous dans les bois), Petit Cobaye a réexploité graphiquement l’onomatopée PAN dans ses dessins.

Activité Playground

En Nouvelle-Zélande, Gecko Press publie les œuvres de Mario Ramos et n’est pas avare d’illustrations avec texte sur le site.

Idéal pour des petits ateliers d’anglais. 

En savoir plus sur son oeuvre

Activités