Archives par mot-clé : Relation intergénérationnelle

Un tourbillon dans une maison endormie

Un enfant frappe à la porte d’une vieille dame.

La vieille dame, ça l’inquiète, ça la bouscule, ça la perturbe. Les visites, ça fait bien longtemps qu’ elle en a perdu le goût et l’habitude.

Sa maison aussi a perdu l’habitude de recevoir des visiteurs. Elle en est même devenue toute grise de solitude…

Et puis un jour le petit garçon entre comme un tourbillon de vent frais dans la maison. Il s’appelle Emile et n’a peur de rien. Son énergie chasse bientôt la lassitude d’Elise, la vieille dame au tablier blanc…

En anglais américain, si vous cherchez les toilettes, il faut demander la salle de bains (bathroom). C’est ce que fait le petit Emile dans The Visit (c)Antje Damm (c)Gecko Press
Les liens discrets entre l’architecture et l’illustration jeunesse

Antje Damm est une architecte allemande très connue en Allemagne mais peu éditée en France. 

L’album est particulièrement remarquable par le procédé imaginé par l’auteure-illustratrice pour ses illustrations : elle a pris en photographie ses petits personnages de papier dans une boîte en carton.

Lumière et couleurs s’invitent peu à peu. Et c’est toute la magie d’une maison de poupées qui jaillit à la découverte des pages de cet album haut de 26 centimètres.

On peut être grand et se tromper !

Etonnamment délaissé par l’éditeur historique L’école des loisirs, actionnaire de l’éditeur allemand Moritz, l’album La visite a été classé parmi les 10 meilleurs albums de l’année 2018 selon le New York Times.

La visite est aussi le livre fétiche de la fillette de l’agent qui a cédé les droits de traduction en français à la toute jeune maison d’édition Astrid Franchet. Un bon signe assurément !

♥♥♥♥

En savoir plus
Activité pliage

Ma mamie en poévie, livre animé numérique

J’ai reçu il y a peu une lettre, oserai-je dire plutôt : un petit trésor.

Dans l’enveloppe, il y avait  :

  • des graines de myosotis (forget-me-not, en anglais, ‘ne m’oublie pas’)
  • des confiseries
  • une carte avec plein de jolis mots écrits à la main
  • un mode d’emploi tout simple, même pour les lecteurs en délicatesse avec la technologie digitale.

La carte indiquait un code à clavetiner sur le site Internet des éditions numériques Cotcotcot. Certes, le  code n’était pas magique. Il permettait juste de télécharger un livre numérique, intitulé Ma mamie en poévie.

Vous l’aurez compris à ce stade, le message était si gentil que j’ai suivi, en 3 étapes, la piste numérique de Ma mamie en poévie. Et pourtant, je ne suis pas une inconditionnelle des applications.

Grand bien m’en a pris.

J’ai entamé illico un voyage en poésie. Et puis j’ai participé à un atelier d’écriture en compagnie d’une petite fille narratrice et de sa mamie, poète involontaire.

Poète involontaire car la grand-mère est atteinte de la maladie d’Alzheimer.

Au fil de sa mémoire qui s’effiloche, la grand-mère s’emberlificote dans les mots. Elle tisse un réseau de mots-valises ou de néologismes que la petite fille décrypte avec bienveillance. Evidemment, c’est un peu chaotique. Mais très doux à l’oreille aussi. Voici le conseil de mamie pour nourrir les pigeons à Venise :

“- Pour ne pas qu’ils te pique-piquent, il faut tenir ta main bien apéritive,comme ça, et leur donner des billettes de maïs. Mais, si tu veux, ils peuvent les picorer aussi sur ton épaule, ou sur ta citrouille.

Mes parents m’ont appris que depuis déjà des années, on n’a plus le droit de donner à manger aux pigeons sur la Place Saint-Marc. Mais avec mamie, nous, on continue à les nourrir. Et je sens leur bec au creux de ma paume ou leurs petites pattes sur mes cheveux.”

Extrait – François David et Elis Wilk. “Ma Mamie en Poévie.” iBooks

Illustré par des collages surréalistes d’Elis Wilk et écrit par François David, le grand éditeur poète de Møtus, sur un sujet douloureux, Ma mamie en  poévie s’attarde sur les instants poétiques créés paradoxalement par la maladie , comme volés à la course de la vie.

Ma mamie en poévie est tout à fait adapté à une découverte de la poésie sur le tableau blanc interactif des enseignants de l’école primaire. Ce livre animé est pudique, intelligent et permet une discussion riche avec les enfants avant l’adolescence, à l’âge où les grand-parents ont un rôle majeur dans le cœur des enfants.

Au collège, les adolescents pourront l’aborder en transversalité en sciences et vie de la terre et en français, voire en travaux pratiques encadrés sur l’aspect technologies et formats numériques (le livre est au format ePub3, il est lisible sur tous les dispositifs).

L’éditeur actualise un blog et une page Facebook bourrés de ressources documentaires.

Enfin, en famille, sur la tablette, encocoonés sur le canapé, parents et enfants pourront partager de concert un moment intense et grave à la fois. Que l’on soit concerné par la maladie ou pas.

Ma mamie en poévie. François David, illustré par Elis Wilk. Illustration sonore de Guillaume Lagravière.
Cotcotcot éditions. Novembre 2016.

Continuer la lecture de Ma mamie en poévie, livre animé numérique