Archives par mot-clé : Imaginaire

Claude Ponti, éleveur de poussins en délire

biberonL’avantage avec Claude Ponti, l’un des plus grands maîtres du jeu, c’est que beaucoup de chroniqueurs avisés se sont penchés sur son œuvre. Quelques liens ici ou pourront éclairer votre lanterne si besoin.

Les héros de Ponti, je les ai portés en moi telle Olga Pondlemonde pendant des années lorsque j’accueillais le public des enfants de maternelle et primaire à la bibliothèque municipale d’Igny. Tromboline et Foulbazar, L’ile des Zertes, Le château d’Anne Hiversaire, Pétronille et ses 120 petits ont subi des lectures à voix haute répétées.  Un oral intensif ! Et ô combien jubilatoire !

_c_-claude-ponti_blaise2Mille secrets de poussins, faux documentaire qui donne l’avrévéritéabs’olue du Poussin masqué, m’a même servi pour le faire-part de naissance de Thibault, lecteur-cobaye de Breadcrumb.

La nature incroyabilicieusement intelligente et ludique du monde de Ponti se prête à d’innombrables interprétations théâtrales, culinaires, topiaires (vous savez, les buissons taillés en formes de statues).

Sans compter diverses transformations en jeux de société.

faire-part-ponti

Alors, voici en vrac une foultitude d’activités pour égayer vos propres poussins.  Et vous-même aussi, car avec Ponti, c’est assuré, les adultes s’amusent autant que les petits !

Activités
En savoir plus

L’album d’Adèle passé à la moulinette d’un spécializtepourenfants

Un défilé de cartes à jouer

ShulevitzUn enfant s’ennuie à la fenêtre de sa chambre. Dehors, il pleut. En attendant le retour du soleil, l’imaginaire se met en marche.

Dans Lundi matin, Uri Shulevitz met en scène les figures des cartes à jouer dans la célèbre comptine française de Lundi matin, l’empereur, sa femme et le petit prince.

Brillamment colorés, les personnages défilent avec une grande dignité sur le fond terne d’une ville américaine des années 60.

One_Monday_morning_USMacmillan_insidebook

Le titre paru chez Autrement en 2007, soit 40 ans après sa publication originelle en langue anglaise (One Monday morning), est d’un modernisme hallucinant.

L’album en lui-même est une magnifique réalisation autour d’une comptine. Tout comme le travail de Mini Grey et son interprétation de Hey diddle diddle dans The adventures of the dish and the spoon.

Les inscriptions en américain sur les vitrines et dans les étages de l’immeuble pourront être exploitées pour un atelier d’anglais type « kid’s club ».

Uri Shulevitz, le « cosmopolitan boy »

shulevitz_macmillanUri Shulevitz, Polonais, exilé en France en raison de la 2de guerre mondiale, revient en Israël puis étudie et s’installe aux Etats-Unis.

C’est en gribouillant au téléphone qu’il se rend compte qu’il a de l’or au bout des doigts !

Et c’est très certainement sa culture internationale qui lui a permis d’adapter cette comptine française totalement inconnue aux Etats-Unis.

Le titre en américain est édité par Macmillan.

  • Lundi matin/Uri Shulevitz.-Ed. Autrement, 2007
Activité

Chante à tue-tête :

L’empereur, sa femme et le petit Prince, sont venus chez moi, pour me serrer la pince… la la la la la lala…

Si tu ne connais pas la comptine, va vite voir la vidéo de Philippe Jalbert sur You Tube

Le renouveau de l’art flamand

couverture du livre Le Chien que Nino n'avait pasLorsque je suis tombée sur le titre Le Chien que Nino n’avait pas, je n’ai pas eu envie de le feuilleter : trop sombre, trop nordique, trop rétro?

Pas du tout le genre d’ouvrages que publie d’habitude Didier jeunesse.

Et puis bon, je l’avais en main, et je savais qu’il avait reçu le Prix Sorcières, grand prix littéraire décerné chaque année par une assemblée très, très sage de libraires et bibliothécaires jeunesse.

Bref, les mains liées et l’esprit bridé, j’ai commencé à le feuilleter. Et c’est là que j’ai compris, comme disent mes 2 adolescents, que j’étais « devant du lourd ». Traduisez : c’est de toute beauté. 

L’illustrateur belge Anton Van Hertbruggen est tout simplement prodigieux. Armé de ses pinceaux et de son scanner, il brosse le monde imaginaire d’un petit garçon solitaire et aventurier, vivant dans une forêt du Nord de l’Europe avec sa maman et son chien invisible.

Peuplée des émotions du petit garçon, la forêt est habitée par l’esprit des Indiens d’Amérique, par les flamands roses du Nord de l’Afrique et autres animaux sauvages de tout bord.

Ces animaux accompagnent les jeux du petit intrépide en osmose avec la nature.

Parce que la nature sait réparer les douleurs de l’âme des enfants. Parce que l’imaginaire est un allié sûr pour bien grandir malgré les difficultés. Parce que la palette d’un peintre nous offre à tous, grands et petits, une fenêtre vers l’harmonie.

Le_Chien_que-Nino_n'avait_pas

Anton Van Hertbruggen n’a que 22 ans. Le Chien que Nino n’avait pas, paru en Hollande en 2013 est son premier ouvrage.

On a hâte de voir la suite…

Activité

Une évidence : fabriquer une cabane dans le jardin ou la forêt. Avec des vraies branches, de vieux tapis et une dînette, pas une cabane achetée en magasin !