Archives de catégorie : 9 à 99 ans

Comment adopter un gnou en 15 minutes

comment-j-ai-adopte-un-gnouIl existe des phénomènes de mode en édition. Depuis les années 2000, les titres insolites fleurissent et jouent avec efficacité le rôle d’amuse-gueule : chez les adultes, en vrac, on peut citer Les fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devint milliardaire, Une brève histoire du tracteur en UkraineAutobiographie d’une courgette, Le mec de la tombe d’à côté, Le gang de la clé à molette… et tant d’autres qui m’échappent.

Evidemment, les éditeurs jeunesse ont bien repéré le système.

Les éditeurs de jeux ne sont pas en reste. Par la grâce d’une boutique joliment dénommée La poule aux jeux d’or, nous avons découvert deux petites merveilles, Comment j’ai adopté un gnou et Comment j’ai adopté un dragon, dont le concept français et la fabrication allemande ont littéralement emballé la petite équipe de Breadcrumb.

comment-j-ai-adopte-un-gnou-2

La règle du jeu

Raconter une histoire dont le thème est déterminé sur l’une des cartes du jeu

On lance 2 dés numérotés. Imaginons une combinaison 2 et 6. Sur la carte, le joueur peut choisir les propositions 26 ou 62.

26 : J’ai été enlevé par des extra-terrestres, 62 : Je ne veux plus faire de chirurgie esthétique. Petit Cobaye, 7 ans, a choisi les extra-terrestres. On peut s’aider à tout moment des dés-connecteurs, sortes de « mais où est donc Ornicar », qui sont autant de guides pour inventer son histoire au fur et à mesure.

En 10, 15 minutes, chaque joueur se lance dans un récit où la rigueur scientifique n’a pas droit de cité et où les fous rires s’invitent sans crier gare. Le décompte des points pour connaître le vainqueur est totalement fantaisiste.

Mais avec tout ça, quel est le rapport avec le gnou ? On l’oublie le gnou ? Pas du tout ! Le joueur qui réalise la combinaison 66 avec ses dés n’a pas d’autre option que d’expliquer comment il a adopté un gnou.

Familial, intelligent, jubilatoire

Les adultes et les enfants partent sur un pied d’égalité et l’aspect narratif du jeu est libérateur. Le petit format est idéal pour partir en voyage. Les timides et ceux qui pensent ne pas pouvoir raconter une histoire seront fort surpris de se découvrir des ressources inconnues.

Comment j’ai adopté un gnou et Comment j’ai adopté un dragon sont édités par Le droit de perdre, une petite maison qui revendique le plaisir de s’amuser sans le diktat de la performance.

comment-j-ai-adopte-un-dragoncomment-j-ai-adopte-un-gnouPetite précision : Comment j’ai adopté un dragon est plus orienté vers les enfants.

Activité

D’habitude sur Breadcrumb, on part de l’album pour aller vers le jeu. Ici, on peut faire tout à fait l’inverse : enregistrer certaines parties puis illustrer les histoires  à sa convenance.

Les feuilles du genévrier, belles et résistantes

Les éditions du genévrier ont le patrimoine comme fil conducteur et Le conte du genévrier des frères Grimm comme étendard.

La métaphore des racines et des ailes déploie son ombre protectrice sur une petite maison atypique, sans complaisance, où la qualité prime sur le marketing.

Devant la déferlante d’ouvrages éditoriaux colorés, éphémères et finalement insipides, le Genévrier avec ses 4 collections et près de 60 titres depuis 2011, assume clairement sa recette : pas d’édulcorants! Juste le meilleur de la production culturelle des quatre coins du monde…

CONTE_CV.inddDans ce catalogue soigneusement choisi, Le conte du genévrier évoque les pulsions assassines d’une belle-mère à l’encontre de son beau-fils. Les objets symboliques sont là : la pomme rouge de la tentation, un coffre, une chaînette en or, des souliers rouges, une meule de pierre, l’arbre de la renaissance. Un oiseau multicolore rétablit l’harmonie.

Glaçant comme La Barbe-Bleue, avec des éléments communs à Blanche-Neige, fascinant (on aimera ou on détestera, pas d’entre-deux), l’album illustré par Gilles Rapaport à la manière d’une linogravure nous parle de faute reportée sur l’innocence, de cannibalisme et de réparation.

conte_genevrier_int
(c)Les éditions le Genévrier

N’ayez pas peur d’ouvrir le livre : vous vous en souviendrez longtemps…

Chez le même éditeur :

Le conte du génevrier. Les frères Grimm. Ill. Gilles Rapaport. Collection Ivoire. Le Genévrier, 2012
Activité

Sauras-tu retrouver les cartes qui correspondent au conte d’Hänsel et Gretel et à celui du genévrier ? Tout s’est mélangé !
seasons_arbreseasons_foret
planche_conte
planche_conte2

Le tryptique de contes de Paul O. Zelinsky

CV_HANSEL_GRETEL.inddHansel et Gretel, Raiponce, Grigrigredinmenufretin sont trois albums magnifiquement illustrés dans le style de la peinture toscane de la Renaissance ou de la peinture flamande.

Les trois ont reçu une consécration par l’Association des bibliothécaires américains jeunesse, la Caldecott Medal ou le Caldecott Honor.

C’est avec un grand plaisir que j’ai trouvé les deux premiers édités récemment par les éditions Le Genévrier, fondées par Paul Fustier, ancien directeur de collection chez Circonflexe. Deux mots suffisent pour les résumer : exigence et qualité.

Le conte d’Hänsel et Gretel revêtant  une importance particulière pour Breadcrumb (breadcrumb signifie en anglais « chemin de miettes de pain » en référence directe à ce conte),  je vous propose un zoom sur ce titre fondamental de l’enfance.

Et puis nous terminerons par une recette de cuisine pour fabriquer la maison de la sorcière. Avant de la manger (la maison bien sûr, pas la sorcière !).

Ode à la peinture

Evoquant le petit Poucet par la dramatique nécessité d’abandonner les enfants pour ne pas mourir de faim, Hänsel et Gretel est l’un des contes les plus connus des frères Grimm. Hänsel a beau baliser son chemin avec des petits cailloux et des miettes de pain, les enfants se retrouvent immanquablement perdus dans la forêt.

Peinture_Hansel
La palette des émotions sur les visages, un hommage aux grands peintres flamands pour illustrer la résolution d’abandon (c)Le Genévrier, 2016

Aux éditions du Genévrier, cette version illustrée par Paul O. Zelinsky est une ode à la peinture à l’huile. C’ est aussi quasiment un fac-similé de l’édition américaine parue en 1984.

Maison made in USA

Dans cette version adaptée, la maison de la sorcière est d’ailleurs américanisée : le toit est fait de pancakes et la porte est ornée de sucres d’orge, les « candy canes » . L’univers rural dépeint par Zelinsky est très éloigné du quotidien des enfants d’aujourd’hui. Le dialogue avec l’adulte apportera une  dimension pédagogique bienvenue (il va falloir expliquer la présence du pot de chambre sous le lit !). Autres particularités : la sorcière est représentée sous les traits d’une vieille femme enturbannée et la marâtre est la vraie mère.

La peinture à l’huile, sujet et objet

Zelinsky a utilisé comme technique l’aquarelle et la peinture à l’huile sur papier. Bien que celle-ci soit différente de celle de Ruth Brown, on retrouve le réalisme et la précision des scènes bucoliques. Les pages de garde jouent pleinement sur la dimension de peinture, on se croirait dans un tableau de John Constable. L’expressivité du visage de la femme évoque Le Caravage. On pense aussi aux contes rhénans chers aux Alsaciens et au peintre français si suisse Balthus.

CV_RAIPONCE.inddCollection Caldecott

Les éditions du genévrier ont aussi publié Raiponce, dans la même collection intitulée fort à propos Caldecott. C’est une collection très originale qui propose des trésors du patrimoine américain inédits en France.

Dans la lignée de Maurice Sendak, le créateur de Max et les Maximonstres et William Steig, le vrai papa de Shrek, les illustrateurs choisis ont tous contribué d’une manière significative à la littérature de jeunesse.

Le Genévrier

L’éditeur propose 4 collections en lien avec le patrimoine. On retrouve la dimension œcuménique, une sélection pointue d’ouvrages qui sont largement primés et reconnus par les professionnels du livre. Dans la collection Ivoire, Le conte du genévrier (Grimm également) a donné son nom à cette maison fondée en 2011 mais riche d’un savoir-faire de plusieurs dizaines d’années.

En parlant de noms

GrigrigredinmenufretinEn parallèle, si vous arrivez à mettre la main sur le titre aujourd’hui épuisé Grigrigredinmenufretin chez Gautier-Languereau, n’hésitez pas. Les dessins animés Shrek ont repopularisé le nain Tracassin. C’est une belle façon de faire découvrir à nos enfants le patrimoine des albums jeunesse.

Pour les férus de peintures,  d’autres tableaux ont leurs entrées dans les albums. Allez faire un tour ici : l’art dans les albums  ou bien là : les p’tites poules.

Hänsel et Gretel. ill. Paul O. Zelinsky. Editions Le genévrier, 2016
Raiponce. Paul O. Zelinsky. Editions Le genévrier, 2011
Activité bricolage

MAISON_PAIN_EPICE2Le site Grandir avec Nathan, après inscription gratuite, propose des activités à partir des titres de leur maison.

http://www.grandiravecnathan.com/recettes/la-maison-en-pain-d-epices.html