Archives par mot-clé : Brigand

Tomi, la lune et les trois brigands

Tomi Ungerer, acide, génial et provocateur, vient de quitter ce monde à l’âge de 87 ans. Alsacien ayant connu le joug nazi dans son enfance, expatrié trilingue français-allemand-anglais, il a marqué profondément le secteur du livre pour enfants. 

L’Ecole des loisirs, son principal éditeur en France, l’éditeur d’art Phaidon, et l’éditeur régionaliste La nuée bleue perdent une célébrité internationale de leur catalogue. 

Les bibliothécaires vont gagner la nécessité d’un hommage. Pour les illustrateurs, c’est déjà une déferlante sur les réseaux sociaux. 

Page Facebook de Gilles Bachelet, 9 février 2019 : Petit échauffement avant le duel dessiné avec Anaïs Vaugelade en hommage à Tomi Ungerer à la médiathèque Robert Desnos de Montreuil..

Lorsque j’étais bibliothécaire jeunesse dans les années 1990, je me rappelle parfaitement l’émotion qui m’avait saisie à la découverte de Pas de baiser pour maman, un texte illustré qu’on classait dans le bac des ‘premières lectures’.

Drôle et dure à la fois, l’histoire met en scène un personnage qui ne supporte pas d’être embrassé par sa maman. Tomi Ungerer avait expliqué qu’il était le petit d’une fratrie composée de filles et qu’il était submergé de bisous à tout moment, à tel point qu’il en avait conçu une véritable aversion. Il avait puisé là la matière première de ce titre. 

Intelligent et en rébellion face à l’hypocrisie, il avait fait de son humour corrosif un talent au service de son art d’illustrateur et affichiste :

« L’Alsace a ceci de commun avec les cabinets qu’elle était toujours occupée. » 

Longtemps mis à l’index par les bibliothécaires et quasiment expulsé des Etats-Unis puritains qui ne concevait pas qu’on puisse être auteur-illustrateur d’albums jeunesse et artiste érotique, Tomi Ungerer avait depuis longtemps obtenu une reconnaissance internationale.

Page Facebook d’Antoine Guilloppé 2016

La ville de Strasbourg lui consacre un musée depuis 2008.

Tomi Ungerer, sans titre [dessin pour Les Trois Brigands], 1961 Lavis d’encre de Chine et d’encres de couleur, feutre et rehauts de crayon blanc sur papier blanc Collection Musée Tomi Ungerer – Centre international de l’Illustration, Strasbourg © Diogenes Verlag \ Ayants droit Tomi Ungerer Photo : Musées de la Ville de Strasbourg (officiel) / M. Bernhart
Activité 

Origami des trois brigands

Atelier Les trois brigands (c)Breadcrumb
En savoir plus

7-Imp’s 7 Kicks #511: Featuring Tomi Ungerer

Liens éditeurs

En route, mauvaise troupe !

Dreyer_les_MusiciensUn âne, un chien de chasse, un chat et un coq deviennent trop vieux aux yeux de leurs maîtres. Ces derniers s’apprêtent sans le moindre remords à les trucider.

Evidemment, on s’en doute bien, les animaux veulent sauver leur peau. Une fois n’est pas coutume, c’est l’âne qui anticipe avec lucidité le triste sort qu’on lui réserve. Ni une, ni deux, il décide de prendre… la tangente. Objectif : aller former une fanfare municipale pour la ville de Brême.

Chemin faisant, il invite d’autres compagnons de déroute à se joindre au voyage. Il faut bien dire qu’eux aussi sont rebutés par la réforme qu’on leur destine…

Aneetcoq

Un choc visuel

Les éditions suisses La joie de lire ont ouvert leur porte en 2013 à leur jeune compatriote Fanny Dreyer pour illustrer Les musiciens de Brême, célèbre conte des frères Grimm. Fanny Dreyer en propose  une vision géométrique et surréaliste diamétralement opposée au côté classique du texte.

Illustration de Fanny Dreyer

Formes géométriques et couleurs…

Sa palette de couleurs dures à l’acrylique (bleu/rouge/vert/jaune) est comme éparpillée en un jeu de construction sur les grandes réserves de blanc que forment les doubles pages. Le cheminement vers Brême adopte une signalétique contemporaine (étapes numérotées, panneaux directeurs). Des parallélogrammes évoquent les champs traversés par la compagnie.

…adoucies par une touche de surréalisme

Avec Fanny, les maisons ont des yeux, le coq sur le toit est aussi grand que la ferme. Des Indiens et des cow-boys se promènent au fil de pages où la notion d’échelle est totalement balayée.

Qu’on aime ou pas le choix graphique de l’illustratrice, l’album s’impose par sa qualité ludique et la belle exploitation possible en arts plastiques pour des enfants en fin de maternelle et début de primaire.

Les musiciens de Brême. Les frères Grimm, ill. de Fanny Dreyer. Editions La joie de lire, 2013
Jeu

Construis le chat en tangram Continuer la lecture de En route, mauvaise troupe !