Møtus joue la carte poésie

La poésie comme figure de proue

Cela fait déjà belle lurette que les éditions Møtus déclinent le genre poétique. Leur dernière réalisation est un livre de poésie déguisé en jeu de cartes, Le jeu de la bonne aventure.
Le_Jeu_dela_Bonne_Aventure

L’avenir en jeu

La règle du jeu est ultra-simple : tire une carte et je te lirai ton avenir. Si tu ne l’aimes pas, tu te défausses, tu peux tirer une autre carte, autant de fois que tu le souhaites.

Avec la carte que tu auras choisie, Petit Pierrot ou Petit Prince, tu te forgeras des chemins inexplorés. Tu prendras ton envol vers des instants légers et aériens comme des bulles de savon.

Certaines prédictions te feront penser à des amis, à des amours, à des parents. Tu pourras décider de confier la carte aux bons soins du facteur et la métamorphoser en billet doux.

Avec Le Jeu de la bonne aventure, pas de conseils de pacotille, juste un petit coup de pouce pour caresser l’espoir et embrasser le merveilleux. Alors bats les cartes et laisse-toi porter par le talent de David Dumortier et Aude Léonard. Ainsi peut-être :

Tu seras pilote d’avion.
Et si tu te trompes de chemin,
Ce n’est pas grave
Parce que la Terre est ronde

Plus d’informations sur les éditions Møtus : www.facebook.com/editionsmotus; voir les illustrations d’Aude Léonard : www.audeleonard.fr

Il faut sauver Mlle Oignon !

LagrandeEvasion_de_MlleOignonMlle Oignon, comme tous ceux de son espèce, est gaie, pleine de sève et de vie.

Mais elle redoute de tomber dans les bras de sa terrible ennemie, la néfaste Friture, synonyme de Mort Sûre !

Pour lui éviter pareille déconfiture,
Tu vas devoir l’aider à détacher ses pelures,
Au fil des pages de cette grande aventure
Dont la réflexion est la vraie nature.

Dans ce Koh-Lanta philosophique, tu vas devoir répondre à des questions dont tu es le seul à posséder les réponses. Voici ta mission, si tu l’acceptes :

« réfléchis, imagine, écris ! »

Au détour de ton parcours, tu découvriras l’acrostiche, le syllogisme, la poésie et le nonsense. N’aie pas peur, c’est sans douleur. Lis plutôt : Que deviennent les trous une fois que l’on a mangé le gruyère ? Puisque rien ne vaut une boule de glace et que des choux de Bruxelles valent mieux que rien, les choux de Bruxelles valent-ils mieux qu’une boule de glace ?

Grâce à ton aide et à son arme personnelle, Mlle Oignon, prisonnière de l’album, pourra littéralement sauter hors de la poêle et disparaître du livre !

Que la force de l’imagination soit avec toi…

Sara Fanelli, la ‘maman’ de La grande Evasion de Mlle Oignon, est une artiste-designer italienne qui habite en Grande-Bretagne. Elle a inauguré en 2012 chez l’éditeur d’art Phaidon le premier titre de la collection ‘Un livre qui disparaît’. Elle a publié en 1994 son tout premier album, Le bouton. Il s’agissait aussi d’une histoire d’évasion.  Sara y manifestait déjà son goût prononcé pour la déconstruction du livre et le jeu graphique.

La grande évasion de Mlle Oignon est à ma connaissance le premier livre DIY (Do It Yourself : à faire soi-même). Une seule appréciation : BRAVISSIMO !

Continuer la lecture de Il faut sauver Mlle Oignon !

Le renouveau de l’art flamand

couverture du livre Le Chien que Nino n'avait pasLorsque je suis tombée sur le titre Le Chien que Nino n’avait pas, je n’ai pas eu envie de le feuilleter : trop sombre, trop nordique, trop rétro?

Pas du tout le genre d’ouvrages que publie d’habitude Didier jeunesse.

Et puis bon, je l’avais en main, et je savais qu’il avait reçu le Prix Sorcières, grand prix littéraire décerné chaque année par une assemblée très, très sage de libraires et bibliothécaires jeunesse.

Bref, les mains liées et l’esprit bridé, j’ai commencé à le feuilleter. Et c’est là que j’ai compris, comme disent mes 2 adolescents, que j’étais « devant du lourd ». Traduisez : c’est de toute beauté. 

L’illustrateur belge Anton Van Hertbruggen est tout simplement prodigieux. Armé de ses pinceaux et de son scanner, il brosse le monde imaginaire d’un petit garçon solitaire et aventurier, vivant dans une forêt du Nord de l’Europe avec sa maman et son chien invisible.

Peuplée des émotions du petit garçon, la forêt est habitée par l’esprit des Indiens d’Amérique, par les flamands roses du Nord de l’Afrique et autres animaux sauvages de tout bord.

Ces animaux accompagnent les jeux du petit intrépide en osmose avec la nature.

Parce que la nature sait réparer les douleurs de l’âme des enfants. Parce que l’imaginaire est un allié sûr pour bien grandir malgré les difficultés. Parce que la palette d’un peintre nous offre à tous, grands et petits, une fenêtre vers l’harmonie.

Le_Chien_que-Nino_n'avait_pas

Anton Van Hertbruggen n’a que 22 ans. Le Chien que Nino n’avait pas, paru en Hollande en 2013 est son premier ouvrage.

On a hâte de voir la suite…

Activité

Une évidence : fabriquer une cabane dans le jardin ou la forêt. Avec des vraies branches, de vieux tapis et une dînette, pas une cabane achetée en magasin !